Epinal : Trois gardes à vue dans l’affaire des explosifs découverts dans un immeuble

ENQUETE Le Parquet national antiterroriste s’est saisi de l’enquête

20 Minutes avec AFP

— 

Une voiture de police (Illustration).
Une voiture de police (Illustration). — ALLILI MOURAD/SIPA

Deux hommes et une femme étaient en garde à vue vendredi en début de soirée, après la découverte la veille d’engins explosifs artisanaux dans un immeuble d’Epinal, dans le cadre d’une enquête du parquet national antiterroriste, a-t-on appris de source judiciaire. Le principal suspect est un Marocain de 48 ans fiché « S » pour radicalisation. Il présente un handicap physique et a été récemment incarcéré dans un dossier lié aux stupéfiants, a indiqué une source proche du dossier.

Suivi depuis plusieurs années, il est notamment connu pour ses relations avec le groupuscule islamiste Forsane Alizza, dissous en 2012 par le ministère de l’Intérieur. Il s’était vanté en décembre de savoir manipuler des explosifs, ce qui avait alerté les autorités, a ajouté cette source. Une « visite domiciliaire » (une perquisition administrative) a eu lieu jeudi, au cours de laquelle de la poudre noire, du matériel électrique, des boulons et une cocotte-minute ont été découverts dans une cave, a indiqué une autre source proche du dossier.

La compagne de cet homme et un proche, chez qui il se trouvait au moment de son interpellation, sont les deux autres personnes en garde à vue. Celles-ci peuvent durer jusqu’à 96 heures. Les investigations ont été confiées à la sous-direction antiterroriste (Sdat) de la police judiciaire, à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) et à la Direction interrégionale de la police judiciaire (DIPJ) de Strasbourg.