Mayenne : Aucun blessé dans l’incendie de l’usine Aprochim, classée Seveso

FAITS DIVERS En 2017, cette usine, qui traite les produits chimiques toxiques PCB et qui appartient au groupe Chimirec, avait été touchée par un incendie similaire

20 Minutes avec AFP

— 

L'entreprise Aprochim, spécialiste du retraitement de transformateurs.
L'entreprise Aprochim, spécialiste du retraitement de transformateurs. — JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Un incendie qui a touché mercredi matin l’usine Aprochim de Grez-en-Bouère (Mayenne), classée Seveso​ seuil haut, n’a pas fait de blessé, a-t-on appris auprès de la préfecture du département. Vers 1 h 30, « il y a eu un début d’incendie, qui est resté dans le bâtiment, hall 2, dans lequel il s’est déclaré », a indiqué la préfecture de la Mayenne, confirmant une information de Ouest-France.

« Aucune mesure particulière » n’a été prise pour la protection des populations, a-t-on ajouté de même source. Environ 50 sapeurs pompiers sont intervenus et « l’incendie a été rapidement maîtrisé et la chaîne d’alerte a fonctionné », a souligné la préfecture, précisant que des équipes de la Dreal (direction de l’environnement) devaient arriver sur les lieux.

En 2017, déjà un incendie dans cette usine

En 2017, cette usine, qui traite les produits chimiques toxiques PCB et qui appartient au groupe Chimirec, avait été touchée par un incendie similaire.

Plus connus en France sous le nom de pyralènes, les PCB sont des produits chimiques toxiques au contact et à l’inhalation, bioaccumulables dans l’organisme et l’environnement, considérés comme potentiellement cancérigènes.

Interdits en France depuis 1987, les PCB ont été très utilisés, notamment dans les transformateurs et condensateurs.