Paris : Le manifestant frappé au sol sera lui-même jugé pour des violences contre les forces de l'ordre

ENQUETE L’agent filmé en train de frapper Clément F. durant son interpellation a notamment affirmé que le jeune homme lui avait craché au visage à deux reprises

Thibaut Chevillard

— 

Clément F. a été interpellé samedi à Paris en marge de la manifestation des «gilets jaunes».
Clément F. a été interpellé samedi à Paris en marge de la manifestation des «gilets jaunes». — HANDOUT / AFP
  • Une vidéo circulant sur Internet montre un policier frappant un jeune homme à terre, le visage ensanglanté, à deux reprises.
  • Elle a été tournée pendant l’interpellation de Clément F., samedi à Paris, en marge d’une manifestation des « gilets jaunes ».
  • Des policiers affirment avoir vu le jeune homme s’en prendre aux forces de l’ordre. Il sera jugé prochainement en correctionnelle pour ces faits.

Les images de son arrestation ont fait le tour des réseaux sociaux. A l’issue de sa garde à vue, le manifestant frappé au sol par un policier, samedi à  Paris, a été présenté ce lundi à un magistrat du parquet. Ce dernier lui a notifié sa convocation prochaine devant le tribunal correctionnel, a fait savoir le parquet. Arrêté près de la gare de l’Est après s’en être pris aux forces de l’ordre lors de la manifestation des «  gilets jaunes », Clément F., 20 ans, sera jugé pour violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique, rébellion et participation à un groupement en vue de commettre des violences et des dégradations.

Dans un communiqué, ses avocats s’insurgent contre ce procès à venir « alors qu’une enquête est ouverte à l’IGPN à la demande du parquet de Paris » pour les violences reprochées au policier qui a frappé le jeune homme, originaire d’ Ille-et-Vilaine. Selon Mes Alice Becker, Raphaël Kempf, Eliot Sourty et Camille Vannier, leur client « a été violemment frappé à la tête alors qu’il était maintenu au sol et ne représentait aucune menace ».

Selon nos informations, Clément F. a fait valoir son droit au silence face aux policiers qui l’interrogeaient. Trois fonctionnaires qui sont intervenus au moment de son arrestation ont pour leur part déposé plainte contre lui et, pour certains, raconté dans le détail le déroulement des faits.

Jet de bouteille

Tout commence en début d’après-midi, ce samedi, racontent les policiers dans leur déposition. Ils se trouvent du côté de la rue du faubourg Saint-Martin, à Paris, quand ils remarquent un petit groupe de manifestants en train de jeter des projectiles sur des CRS. Parmi eux, un homme vêtu d’une veste grise, d’un jogging noir et de baskets blanches, capuche sur la tête, dissimulant son visage. Les policiers le voient en train de lancer une bouteille en verre sur un brigadier-chef. L’individu s’attaque ensuite à un commandant de police qui est en train d’interpeller un manifestant. A plusieurs reprises, le jeune homme assène des coups de poing et de pieds à ce policier pour qu’il lâche ce dernier.

« Pour faire cesser l’agression en cours », les fonctionnaires de police le frappent à deux reprises avec un « bâton souple dans la partie haute du corps ». Clément F. tombe à terre. Il tente de se relever pour fuir, se rebelle, harangue la foule, rapportent les policiers. Alors que ces derniers décident de l’interpeller, des manifestants leur jettent des bouteilles et des pierres. Un gardien de la paix tente tant bien que mal de l’emmener dans une zone plus calme. Très vite, ce dernier se retrouve seul avec le jeune homme, allongé sur le macadam, visage en sang.

Crachats et coups

Selon sa version, cet agent tente de lui venir en aide quand Clément F. se racle la gorge et lui crache au visage une première fois. « J’ai le sida, tu vas crever », lui lance-t-il, tout en s’apprêtant à recommencer. L’agent lui donne alors un coup sur la joue gauche pour l’en empêcher. Profitant d’un moment d’inattention du policier qui alerte ses collègues, Clément F. lui crache une seconde fois au visage. Le fonctionnaire, qui a de la salive et du sang sur son front et ses lunettes de protection, lui assène alors un autre coup. « C’était la seule solution pour qu’il arrête de me cracher dessus », expliquera-t-il dans sa plainte, consultée par 20 Minutes.

Clément F. est ensuite transporté par les sapeurs-pompiers à l’hôpital Bichat. Le policier qui l’a interpellé a pour sa part été examiné à l’hôpital Begin, où un médecin a décidé de le mettre sous trithérapie.

Rapidement, la vidéo de l’interpellation a circulé sur les réseaux sociaux. « Des images choquantes », a jugé ce lundi le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, souhaitant que « la vérité soit faite sur cet acte ». « Le préfet de police a immédiatement saisi ses services pour les comprendre, pour voir s’ils peuvent trouver une explication », a ajouté le premier flic de France. Avant de conclure : « A l’heure actuelle, je n’en vois aucune. »