Lyon : Le policier, volontairement percuté par le conducteur d’un fourgon, est décédé

FAITS DIVERS Grièvement blessé, le fonctionnaire de police de 45 ans s’est éteint ce lundi après-midi

Caroline Girardon

— 

Un agent de police. (illustration)
Un agent de police. (illustration) — Tristan Reynaud/SIPA

Le fonctionnaire de police, grièvement blessé à Bron , près de Lyon, dans la nuit du 10 au 11 janvier, est décédé ce lundi à 16 h 35, apprend-on du parquet. « Les investigations diligentées par la DIPJ de Lyon sont désormais conduites du chef d’homicide volontaire sur personne dépositaire de l’autorité publique », précise Nicolas Jacquet, procureur de la République de Lyon.

Agé de 45 ans, l’homme était depuis samedi entre la vie et la mort après avoir été renversé par un fourgon lors d’une opération menée dans la banlieue de Lyon, dans le cadre d’une enquête pour vols de fret et vols à main armée. La victime tentait d’intercepter le véhicule, qui lui a alors foncé dessus avant de prendre la fuite.

Vol de fret

Franck L. appartenait au groupe d’appui opérationnel (GAO) à la sûreté départementale du Rhône, qui aide lors d’interpellations délicates et dangereuses. Selon le récit d’une source policière, des policiers de la DDSP surveillaient des malfaiteurs à bord d’un fourgon Volkswagen. Et les avaient repérés en train de commettre un vol de fret sur une aire d’autoroute de l'A43 vers l’Isle-d’Abeau (Isère), avec les occupants d’une autre voiture.

Les deux véhicules se sont alors séparés. Les policiers ont tenté d’interpeller le conducteur du fourgon au moment où il s’apprêtait à quitter le périphérique au niveau de Bron. Mais le conducteur a cherché à se dégager en emboutissant plusieurs voitures de police et, en marche avant, percutant le gardien de la paix qui était sorti arme à la main.

Christophe Castaner sur place

« Sans enfant, Franck était un homme discret apprécié de tous et qui avait pour passion le hockey, qu’il pratiquait. Il devait prochainement s’investir dans le syndicalisme à nos côtés, a réagi Denis Jacob du syndicat Alternative police. La police lyonnaise est sous le choc. C’est un véritable tsunami de tristesse et de colère. » Et d’ajouter : « Tous les policiers de France se mobiliseront pour interpeller les auteurs de cet acte odieux afin qu’ils en répondent devant la justice. »

Christophe Castaner, le ministre de l’Intérieur, a annoncé qu’il se rendrait ce lundi soir au siège de la sûreté départementale du Rhône.

En 2018, 11 policiers et policières sont décédés dans l’exercice de leurs fonctions, 4 lors d’opérations, 7 sur leurs heures de travail en dehors de missions opérationnelles, selon les derniers chiffres disponibles de l’Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ). Un bilan bien plus lourd qu’en 2017, où quatre fonctionnaires avaient perdu la vie.