Strasbourg : Trois pompiers agressés, un blessé

VIOLENCES La personne qu’ils venaient secourir les a attaqués avec un couteau, blessant l’un d’eux au visage

20 Minutes avec AFP

— 

Un camion de pompiers à Strasbourh, en 2018 (image d'illustration)
Un camion de pompiers à Strasbourh, en 2018 (image d'illustration) — Gilles Varela

Trois pompiers ont été agressés au couteau par une personne qu’ils venaient secourir dimanche matin près de Strasbourg, a annoncé le Sdis du Bas-Rhin sur son compte Twitter. L’un d’entre eux a été blessé. « Vers 5h00 du matin, les sapeurs-pompiers du Bas-Rhin sont appelés à Schiltigheim pour une personne ne répondant pas aux appels », avant d’être « agressés au couteau par l’individu » qu’ils étaient venus secourir et qui a tenté de les frapper à plusieurs reprises, blessant l’un d’entre eux au visage, relate le Sdis (service départemental d’incendie et de secours) dans ce message.

« Ces actes inadmissibles ne nous détournent pas de notre volonté de porter secours à nos concitoyens dans un esprit de bienveillance, mais en ayant la garantie indéfectible de pouvoir exercer notre profession dans des conditions optimales de sécurité », ajoute-t-il. Le pompier blessé a été touché à la pommette et a dû être recousu, a expliqué à l’Agence France-Presse (AFP) le colonel Patrice Gerber, directeur départemental adjoint du Sdis, soulignant que ses deux collègues étaient également « psychologiquement très atteints ». Tous trois ont été poursuivis par l’assaillant et n’ont « dû leur salut qu’à une porte ». Le service ainsi que les pompiers ont déposé plainte, selon le colonel Gerber.

Un début d’année mouvementé

Cette agression s’est produite quelques jours après un début d’année mouvementé pour les pompiers du Bas-Rhin, pris pour cible lors des violences urbaines qui se sont produites lors du Nouvel An dans des quartiers sensibles de Strasbourg. Deux pompiers ont notamment été blessés à la suite d’un jet de projectile qui avait traversé une vitre de leur véhicule. Le Sdis avait alors dénoncé des « agressions violentes sans précédent » et de « véritables guet-apens ».

L’agression de dimanche crée « de nouveau de l’émoi chez les sapeurs-pompiers » a réagi le président du conseil d’administration du Sdis, Thierry Carbiener. « On ne peut pas avoir tout le temps la police ou la gendarmerie avec nous quand on est sur du secours à personne, mais il va falloir se poser la question de la légitime défense des sapeurs-pompiers en intervention », a-t-il souligné.