Lyon : Le jeu sexuel tourne mal, trois mineurs arrêtés pour avoir piégé et frappé à coups d’extincteur un quadragénaire

VIOLENCES Les trois suspects lui ont porté 11 coups d'extincteur au visage avant de le voler et de s'enfuir

Caroline Girardon

— 

L'Hotel de Police de Lyon , le 3 octobre 2011. CYRIL VILLEMAIN/20 MINUTES
L'Hotel de Police de Lyon , le 3 octobre 2011. CYRIL VILLEMAIN/20 MINUTES — C. VILLEMAIN / 20 MINUTES

Piégé lors d’un jeu sexuel. Trois mineurs ont été interpellés dans le Rhône  pour « vol avec violences en réunion », pour des faits qu’ils sont soupçonnés d’avoir commis le 8 novembre dans le 4e arrondissement de Lyon.

Ce jour-là, l’un d’entre eux a rendez-vous à la Croix-Rousse chez un homme de 45 ans, qu’il a rencontré via les réseaux sociaux. Le quadragénaire l’a invité dans l’espoir de partager avec lui une relation intime. Sauf que le tête-à-tête va rapidement au cauchemar.

La victime laissée quasiment pour morte

L’hôte accepte de se faire ligoter mais comprend très vite que celui qu’il convoite a d’autres desseins en tête. Pendant ce temps, il en profite pour faire entrer deux de ses complices, précise la police lyonnaise. Comprenant qu’il avait été piégé, le quadragénaire essaie de se débattre et défaire ses liens. Il tente également de s’opposer physiquement à ses agresseurs mais il reçoit de violents coups à la tête. Les trois mineurs saisissent un extincteur et lui portent 11 coups au visage avant de s’enfuir, laissant l’homme inanimé mais en emportant son téléphone et sa tablette numérique.

Les suspects déjà impliqués dans un braquage ?

L’enquête rebondit début janvier grâce à un autre fait divers : une tentative de braquage de bureau de tabac, survenue à Villeurbanne, le 3 janvier. Les policiers vont se rendre compte que deux des suspects, placés depuis en détention provisoire, sont impliqués dans l’agression du quadragénaire. L’ADN de l’un d’eux a même été relevé sur les liens ayant servi à ligoter la victime. Le troisième larron, également âgé de 16 ans, a été identifié plus tard.

Lors de leur garde à vue, les trois complices ont reconnu les faits écartant le caractère homophobe de l’agression. Ils ont précisé qu’ils avaient seulement l’intention de commettre un cambriolage. Ils doivent être déférés ce jeudi devant le parquet de Lyon en vue de l’ouverture d’une information judiciaire.

Quant à la victime, elle a pu être secourue et puis hospitalisée. Elle s’est néanmoins vue délivrer une ITT de trente jours.