Marseille: Un homme tué par balles, le règlement de comptes « privilégié »

VIOLENCE Les faits se sont déroulés dimanche dans le gymnase Massenet, au cœur de la cité de la Paternelle, dans le 14e arrondissement

20 Minutes avec AFP

— 

Marseille sous la menace des règlements de comptes (illustration)
Marseille sous la menace des règlements de comptes (illustration) — FRANCK LODI

Marseille termine une nouvelle fois tristement l’année. Un homme d’une trentaine d’années a été abattu dimanche d’une balle dans la tête et un autre blessé, dans un gymnase de la ville, alors qu’ils jouaient au football. Les enquêteurs privilégient pour le moment la piste d’un règlement de comptes. L’homme blessé, touché à une fesse et à un mollet, a été transféré à l’hôpital Nord. Son pronostic vital n’est pas engagé.

Utilisation d’un fusil d’assaut

Les faits se sont déroulés en début de soirée quand un homme casqué a fait irruption dans le gymnase Massenet, au cœur de la cité de la Paternelle, dans le 14e arrondissement de Marseille, et tiré avec un fusil d’assaut alors qu’une dizaine de personnes se trouvaient sur les lieux, a expliqué le procureur de la République de Marseille, confirmant une information initiale du quotidien La Provence. « La piste d’un règlement de comptes liée à un trafic de stupéfiants est privilégiée », a précisé Xavier Tarabeux, en soulignant que 13 douilles de calibres 7.62, de type Kalachnikov, celui en général utilisé dans ce genre de dossiers, ont été retrouvées sur place.

Si cette thèse est confirmée, ce sont donc dix personnes qui ont été victimes de règlements de comptes dans les Bouches-du-Rhône depuis le début de l’année, selon les chiffres de la Préfecture de Police. Le dernier événement de ce type avait eu lieu le 17 novembre, dans une autre cité du 14e arrondissement, la cité des Rosiers. Le nombre de dossiers de ce genre avait été beaucoup plus élevé les années précédentes, avec 23 personnes tuées dans le département dans des règlements de comptes en 2018, 14 en 2017 et 29 en 2016.