Chirurgien accusé de pédophilie : Les enquêteurs ont identifié 349 victimes potentielles

ENQUETE Le docteur Le Scouarnec est soupçonné de multiples viols et agressions sexuelles sur des mineurs

Camille Allain
— 
La procureure de la République de Lorient Laureline Peyreffite, ici le 20 décembre 2019.
La procureure de la République de Lorient Laureline Peyreffite, ici le 20 décembre 2019. — C. Allain / 20 Minutes
  • La procureure de Lorient Laureline Peyreffite a fait savoir que 349 victimes potentielles du docteur Le Scouarnec avaient été identifiées.
  • Ce chirurgien à la retraite est soupçonné d'avoir violé ou agressé sexuellement des centaines de victimes, mineures pour la plupart.
  • Une réunion avec les victimes et leurs familles a été organisée ce vendredi à proximité de Lorient (Morbihan). 197 plaintes ont déjà été déposées.

Les mois passent et le nombre de victimes potentielles du docteur Le Scouarnec continue d’augmenter. Dans un bref point presse donné ce vendredi, la procureure de Lorient Laureline Peyreffite a fait savoir que 349 victimes potentielles avaient été identifiées, précisant d’emblée que « certains faits sont prescrits ».

Mi-novembre, le parquet de La Rochelle avait indiqué que « 250 victimes potentielles de faits non prescrits de pédophilie ont été identifiées au cours de l’enquête » qui vise un chirurgien à la retraite. La procureure de Lorient a ajouté que 229 personnes avaient déjà été entendues et que 197 d’entre elles avaient porté plainte contre Joël Le Scouarnec.

Une réunion avec les victimes potentielles

Vendredi matin, Laureline Peyreffite avait pris le soin de recevoir les victimes potentielles et leurs familles dans une salle de Ploemeur, à quelques kilomètres de Lorient. « Environ 110 personnes ont fait le déplacement pour cette réunion d’information, qui n’était pas un acte judiciaire ».

Visage fermé, la procureure ne s’est pas exprimée longuement mais n’a pas hésité à décrire cette procédure comme « hors-norme ». La magistrate avait été saisie de l’enquête le 15 novembre, une grande partie des victimes ayant été recensées dans le Morbihan, et dans une moindre mesure dans le Finistère. Le chirurgien à la retraite a notamment exercé à Vannes, Lorient, mais aussi à Loches (Indre-et-Loire) et à l’hôpital de Jonzac (Charente-Maritime).

Des carnets avec des centaines de noms

C’est dans cette région que l’affaire avait éclaté après le dépôt de plaintes de deux victimes potentielles du docteur, affaire qui sera jugée en mars devant la cour d’assises de Saintes. Les investigations menées au domicile de Joël Le Scouarnec avaient mené les enquêteurs à la découverte de carnets où des centaines de noms de victimes présumées étaient inscrits pour des faits commis entre 1986 et 2017. La procureure a fait savoir que 300.000 fichiers photographiques, 600 vidéos et de très nombreux écrits avaient été découverts sur l’ordinateur du docteur.

L’enquête préliminaire devrait être bouclée à la fin du premier semestre avant l’ouverture d’une information judiciaire. Une cellule composée de cinq gendarmes de Poitiers et Vannes se penche activement sur le recoupage des informations. « Un travail rigoureux face à la litanie souvent insoutenable des écrits », précise la procureure. Le début d'une longue enquête.