20 Minutes : Actualités et infos en direct
CRUAUTÉ ANIMALEUn élevage de chiens de la Manche accusé de maltraitance par une asso

Manche : Un élevage de chiens épinglé par une association pour maltraitance

CRUAUTÉ ANIMALEDes chiens âgés de plus de 12 mois ont le poids d’un chiot de 3 à 6 mois, et les locaux sont sales et délabrés
Illustration d'un husky.
Illustration d'un husky. - Alvaro Bejarano  / Alvaro Bejarano
20 Minutes avec agence

20 Minutes avec agence

Une association de protection des animaux a déposé ce lundi une plainte contre un élevage de chiens situé à Romagny, dans la Manche. C’est l’association qui a repéré des maltraitances dans cet établissement, et en a informé l’association Stéphane Lamart qui a porté plainte.

L’élevage, baptisé Des Perles d’Haïti, s’occupe d’à peu près 70 chiens de race husky sibérien. « Les animaux ne sont pas en bonne santé », dénonce Stéphane Lamart, fondateur de l’association, interrogé par La Gazette de la Manche. « Les chiens présentent tous des retards de croissance et un poids largement inférieur à ce qu’il devrait être à leur âge. »

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

« Ils sont terrifiés »

L’association reproche à l’éleveur de garder les animaux dans des « mauvaises conditions de détention et contraires au bien-être de l’animal ». Des certificats vétérinaires ont été faits pour six chiens âgés de 12 à 14 mois. Ils pèsent entre 8 et 14 kg, soit le poids moyen d’un chiot entre 3 et 6 mois.

Trois personnes ont témoigné à la gendarmerie après avoir visité l’élevage. « Les chiens sont apeurés, ils cherchent à fuir lorsque l’éleveur veut les attacher à une corde pour nous les donner », explique l’une d’entre elles. « Ils tirent à reculons, ils sont terrifiés. » Selon les témoignages, les conditions sanitaires et l’état des locaux laissent aussi grandement à désirer.

L’association a averti le procureur de la République. Mais pour l’instant, rien n’a été fait et les animaux n’ont pas été enlevés à l’éleveur accusé de maltraitance. « Pour le parquet, il n’y a pas d’urgence pour intervenir alors que nous sommes allés sur place », dénonce Stéphane Lamart, qui demande une réaction rapide de la part des autorités.

Sujets liés