Haute-Garonne : Recherché par la gendarmerie pour une agression, il se rend 24 heures plus tard

ENQUETE L’homme de 26 ans, suspecté d’avoir tiré des coups de feu sur un chantier à Saint-Jory lundi et d’avoir porté un coup violent à l’un de ses collègues, s’est rendu mardi aux gendarmes

B.C.

— 

Un hélicoptère de la gendarmerie. (Illustration)
Un hélicoptère de la gendarmerie. (Illustration) — Fred.Scheiber

Il a semé la panique à Saint-Jory, commune de Haute-Garonne, lundi matin. Près de 24 heures après avoir agressé un de ses collègues sur un chantier en lui assénant un violent coup sur la tête, un homme de 26 ans s’est rendu mardi à la gendarmerie relate La Dépêche du Midi.

Il était recherché depuis la veille par les militaires pour cette agression qui a suscité des remous dans ce village du nord de Toulouse​. Car en plus de frapper sa victime, il est suspecté d’avoir tiré des balles à blanc sur le lieu où s’est produite la rixe, non loin d’une école qui avait dû être confinée durant plusieurs heures.

Tout serait parti d’un différend le matin. L’auteur des coups de feu serait retourné chez lui pour aller chercher son pistolet d’alarme. Après les tirs et l’agression, il avait pris la fuite en direction de Toulouse avant d’abandonner sa voiture. D’importants moyens avaient été déployés pour le retrouver, notamment par hélicoptère. Il s’est donc présenté le lendemain aux gendarmes et les a conduits jusqu’à l’arme avec laquelle il aurait porté les coups.