Nantes : Une Australienne mise en examen trois ans après la disparition d’un Nantais

FAITS DIVERS Une femme de 59 ans a été placée en détention provisoire il y a une dizaine de jours

J.U.

— 

Le palais de justice de Nantes.
Le palais de justice de Nantes. — JS Evrard/AFP

Elle a été mise en examen et placée en détention provisoire le 30 novembre dernier. Une Australienne a été arrêtée sur le tarmac de l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, dans le cadre de l’enquête sur la disparition d’un Nantais parti faire du woofing, en 2016, révèle le journal Presse Océan.

Cette femme de 59 ans serait la dernière personne à avoir vu le jeune homme de 28 ans, dont la trace a été perdue il y a trois ans alors qu’il se trouvait en Andorre. L’affaire n’avait pas été médiatisée à l’époque, mais une information judiciaire pour « enlèvement et séquestration » avait bien été ouverte. Le téléphone du disparu avait cessé d’émettre et un retrait d’argent de plus de 4.000 euros avait été signalé sur son compte en banque.

De faux mails

Selon Presse Océan, la suspecte est une doctorante en architecture qui entretenait une relation amoureuse avec la personne disparue. Lors de son audition, elle a expliqué n’avoir rien fait de mal. Les enquêteurs la soupçonnent d’avoir envoyé de faux mails aux proches du disparu pour tenter de brouiller les pistes.

Selon le journal, les parents n’avaient pas connaissance de l’existence de cette femme auparavant.