Guadeloupe : Un féminicide redouté après la découverte d’une femme égorgée et de son conjoint pendu

SOCIETE Si la thèse du meurtre est confirmée, il s’agirait du 142e féminicide de l’année

20 Minutes avec AFP

— 

Un véhicule de gendarmerie (illustration).
Un véhicule de gendarmerie (illustration). — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Une jeune femme a été retrouvée, lundi, égorgée dans son appartement à Capesterre-Belle-Eau (Guadeloupe) et son conjoint pendu mercredi, a-t-on annoncé le parquet de Basse-Terre. Le conjoint de la femme de 38 ans a été retrouvé pendu dans un bois de Capesterre-Belle-Eau, a indiqué la même source.

Sabrina, maman de deux enfants de 8 et 13 ans, était employée à la Semsamar, une société d’économie mixte spécialisée dans la gestion de logements sociaux, de promotions immobilière et d’aménagement du territoire. Son corps a été découvert par des membres de sa famille, alertés par la cadette du couple à son retour de l’école.

Lettre d’adieu

Son conjoint, Marc Olivier, était sapeur-pompier de la commune et « employé au CHU en qualité d’agent ». Recherché sans succès par les enquêteurs depuis la découverte du corps de sa compagne, il a été retrouvé pendu à un arbre, a-t-on appris de source policière. Dans son véhicule, il avait laissé une lettre d’adieu à sa mère, laissant penser à un acte suicidaire, mais sur lequel l’enquête devra faire la lumière. « Mais rien ne permet de dire son implication ou non dans le décès de sa compagne » pour l’heure, a indiqué dans les médias guadeloupéens le parquet de Basse-Terre. L’autopsie des deux corps doit avoir lieu vendredi.

S’il s’avérait que Sabrina a été tuée par son compagnon, il s’agirait du 142e féminicide de l’année 2019 en France, mais du premier pour la Guadeloupe, selon le collectif Féminicides par compagnons ou ex.