Strasbourg : Le bureau de police de Hautepierre cible de dégradations et d’une lettre de menaces

TENSION Ce message à caractère vindicatif est signé par « La direction du quartier »

Florian Bouhot (avec T.C.)

— 

Illustration d'un commissariat de police.
Illustration d'un commissariat de police. — C. Follain / 20 Minutes

« Vous allez arrêter de nous déranger sinon vous allez le payer très cher […]. Si vous voulez subir aucune représailles, fermez vos gueules et occupez-vous de vos affaires. Attention, nouvel an est proche ». Voilà la teneur de la lettre (avec les fautes) reçue ce week-end par le bureau de police de Hautepierre, quartier prioritaire de la ville de Strasbourg.

Ce message menaçant, signé par la « La direction du quartier » et conclu par le symbole de l’interdiction de stationner, a également été envoyé à deux riverains. Ces derniers se sont présentés au bureau de police et ont déposé plainte. Dans la nuit de dimanche à lundi, ce même bureau de police a été la cible de dégradations : l’interphone a été brûlé.

L'interphone du bureau de police de Hautepierre.
L'interphone du bureau de police de Hautepierre. - Document remis

Une enquête judiciaire est en cours

Le secrétaire général du syndicat Alternative police, Denis Jacob, observe une nouvelle fois que certains individus « pensent pouvoir s'attaquer aux représentants de l'Etat en toute impunité ». Il demande que des peines strictes et dissuasives soient prononcées contre les auteurs qui s’en prennent « aux policiers, aux gendarmes, aux policiers municipaux, aux agents de la pénitentiaire, aux enseignants ou aux infirmières ».

Une enquête judiciaire est en cours pour identifier le ou les auteurs des écrits, des intimidations ainsi que le ou les auteurs des dégradations, a confirmé à 20 Minutes la direction départementale de la sécurité publique.