Fusillades à Nantes : Une nouvelle vague d’interpellations huit mois après les règlements de comptes

ENQUETE Une quinzaine de personnes ont été interpellées ce lundi matin

J.U. avec AFP
— 
Des policiers devant le bar à chicha de la rue Maréchal-Joffre, à Nantes, où un employé a été tué par arme à feu.
Des policiers devant le bar à chicha de la rue Maréchal-Joffre, à Nantes, où un employé a été tué par arme à feu. — S.Salom-Gomis/AFP
  • En mai dernier, un jeune homme était tué par balles dans un bar à chicha de la rue Maréchal-Joffre, à Nantes.
  • « Une nouvelle vague importante d’interpellations a été effectuée ce matin à Nantes », annonce le parquet de Rennes.
  • La semaine dernière déjà, neuf personnes avaient été placées en garde à vue

 

Les arrestations continuent. Après le coup de filet de la semaine dernière, une quinzaine d’interpellations ont eu lieu lundi matin à Nantes, dans le cadre de l’enquête sur la mort par balle d’un jeune homme dans un bar à chicha de la rue Maréchal-Joffre, a-t-on appris lundi auprès du parquet de Rennes.

« Une nouvelle vague importante d’interpellations a été effectuée ce matin à Nantes dans le cadre des affaires instruites à la Jirs [Juridiction inter régionale spécialisée] de Rennes portant sur l'homicide du Moonlight et les faits commis durant les jours précédents », a indiqué Philippe Astruc, le procureur de la République de Rennes, qui confirme des informations de presse. Entre le 19 et 23 avril, plusieurs règlements de comptes ont eu lieu dans différents quartiers de Nantes, ces faits culminant avec la mort d’un employé de 24 ans dans un bar du centre-ville

La semaine dernière, neuf personnes en garde à vue

Le 25 novembre, neuf personnes avaient été interpellées à la suite des investigations de la police judiciaire (PJ) de Nantes, avec le soutien du Raid, et placées en garde à vue dans le cadre de cette enquête, avait indiqué le parquet de Rennes. Parmi eux, une femme a été mise en examen des chefs de participation à une association de malfaiteurs et non dénonciation de crime, et placée sous contrôle judiciaire.

Outre une mise en examen pour meurtre, cinq hommes ont été mis en examen pour « participation à une association de malfaiteurs » et « tentative de meurtre commis en bande organisée » et placés en détention provisoire. Ils encourent la réclusion criminelle à perpétuité. Compte tenu « de la gravité des faits », une information judiciaire avait été ouverte par le parquet auprès de la Jirs de Rennes, compétente en matière de lutte contre la criminalité organisée.