Tarbes : Pris avec une alcoolémie de 4,88 g, il est convoqué à la gendarmerie… et arrive saoul

INCORRIGIBLE Un Béarnais de 37 ans qui était convoqué à la gendarmerie après un contrôle d’alcoolémie déjà hors normes s’est présenté en état d’ivresse avancée

H.M.

— 

Un contrôle d'alcoolémie sur un conducteur. Illustration.
Un contrôle d'alcoolémie sur un conducteur. Illustration. — Pol Emile - Sipa

La simple convocation à la gendarmerie s’est muée, l’alcool aidant, en garde à vue puis en défèrement devant le parquet de Tarbes. Il faut dire que l’intéressé, un Béarnais de 37 ans, y a mis du sien selon le récit de La Dépêche du Midi.

Le premier épisode de cette affaire a eu lieu le 22 septembre dernier quand des amis du trentenaire se sont inquiétés en le croisant alors qu’il zigzaguait dangereusement au volant. Ils ont sagement prévenu les gendarmes. Ces derniers ont procédé à un alcootest dont le résultat s’est révélé positif et même hors normes : 4,88 grammes par litre de sang, selon le quotidien régional.

C’est pour s’expliquer sur cette imprégnation que l’homme était convoqué jeudi 14 novembre à la gendarmerie. Et là, il a considérablement aggravé son cas en arrivant, accompagné d’un ami, en état d’ébriété manifeste. Pour ce deuxième éthylotest, le verdict a été de deux grammes. Le contrevenant, déjà condamné pour conduite en état d’ivresse, a opté pour une procédure de «plaider-coupable»​.