Guyane: Trois morts dans le chavirage d'une embarcation

FAIT DIVERS Il y avait six personnes à bord, dont deux présumés passeurs

20 Minutes avec AFP

— 

Le fleuve Maroni sépare la Guyane du Surinam (illustration).
Le fleuve Maroni sépare la Guyane du Surinam (illustration). — T.TROSSAT/Sipa

Trois corps ont été retrouvés après le chavirage d’une embarcation dans le fleuve Iracoubo vendredi soir, a indiqué le général Stéphane Bras, commandant de la gendarmerie en Guyane, à l’AFP lundi.

« Un corps de personne de sexe féminin a été retrouvé dimanche soir et deux corps de personnes de sexe masculin ont été retrouvés lundi », a-t-il précisé.

Une femme enceinte de nationalité haïtienne avait été secourue vendredi soir avant d’être conduite « choquée » à l’hôpital de Kourou distant de 100 km, selon une source proche de l’enquête. « On est probablement dans une situation de gens qui cherchaient à contourner le poste de contrôle routier de la gendarmerie », a poursuivi le général.

Immigration clandestine ?

A Iracoubo, commune située à 150 km à l’Ouest de Cayenne et à 110 km à l’Est de Saint-Laurent du Maroni (frontière du Suriname) est installé un poste fixe de contrôle d’identité, tenu par la gendarmerie, ce qui fait de la Guyane, un cas particulier au sein de la République.

"Selon les déclarations en audition de la personne secourue (entendue par les gendarmes samedi à l’hôpital de Kourou), il y avait six personnes dans l’embarcation, quatre passagers et deux présumés passeurs. L’embarcation était trop petite pour transporter en toute sécurité six passagers. C’est peut-être l’une des raisons du chavirage, a raconté à l’AFP le général Bras, confirmant une information du site Guyaweb. Deux des six personnes présumées à bord n’avaient pas encore été retrouvées lundi.