Isère : Plus de 500 kilos de cannabis saisis dans un go-fast près de Vienne

TRAFIC Cinq suspects ont été interpellés et mis en examen ce jeudi

C.G.

— 

Illustration d'une saisie de résine de cannabis.
Illustration d'une saisie de résine de cannabis. — Sébastien Ortola / 20 Minutes

Une prise importante. Les policiers de l'Isère ont saisi le 4 novembre 533 kilos de cannabis au péage de Chanas dans un go-fast provenant de l’Espagne. Cinq individus, âgés de 20 à 37 ans, dont quatre déjà connus des services de police, ont été interpellés avant d’être placés en garde à vue et mis en examen ce jeudi pour trafic de stupéfiants et association de malfaiteurs.

Les forces de police étaient en alerte depuis le 10 septembre, date à laquelle les agents de la BAC avaient procédé à un contrôle routier d’un individu circulant au volant d’une Fiat 500 dans les rues de Grenoble.

Une surveillance d’un mois

« Alertés par la forte odeur de cannabis se dégageant de l’habitacle du véhicule, les policiers ont constaté la présence de plusieurs blocs de résine de cannabis conditionnés sous forme de pains et cachés dans la banque arrière », précise Eric Vaillant, le procureur de la République de Grenoble. Soit 45 kilos. Des sachets de cocaïne ont également été découverts dans la voiture.

Le conducteur, âgé de 23 ans, déjà condamné, a été placé en garde à vue puis écroué. Pendant ce temps, les officiers de la police judiciaire ont poursuivi leurs investigations avec l’appui de la BRI de Lyon et de l’OCTRIS, l’office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants. Ils ont alors mis en place un dispositif qui a abouti à l’interpellation du go-fast.

Des peines de 10 et 20 ans de prison encourues

Deux individus, originaires de la région d’Orléans, ont été arrêtés dans un premier temps. Ils avaient avec eux 16.840 euros en espèces. Quelques minutes plus tard, deux autres suspects, qui roulaient en Volkswagen et précédaient la voiture « porteuse », ont été interpellés à Vienne. Enfin, un cinquième homme, considéré comme l'« ouvreur » du convoi a été arrêté à Villeurbanne.

Ils encourent dix ans de prison et vingt ans pour ceux qui étaient en récidive, rappelle le parquet.