Mulhouse: Grosse frayeur au lycée Roosevelt à la suite d'appels malveillants

INTERVENTION Plusieurs classes du lycée Roosevelt à Mulhouse ont été évacuées suite à de faux appels 

Thibaut Gagnepain, Caroline Politi, Gilles Varela et Nils Wilcke

— 

Le lycée Roosevelt de Mulhouse.
Le lycée Roosevelt de Mulhouse. — Capture d'écran Google Street View

Grosse frayeur au lycée Roosevelt à Mulhouse, dans le Haut-Rhin, ce mercredi. Une intervention policière a eu lieu dans cet établissement scolaire au milieu de l’après-midi, a appris 20 Minutes de sources concordantes.

Pas de prise d’otage

Si des rumeurs de prise d’otage ont rapidement circulé, aucun élément n’est venu les corroborer, comme l’a confirmé à 20 Minutes la procureure de Mulhouse Edwige Roux-Morizot. En revanche, des vérifications ont été effectuées, notamment dans les étages, pour écarter la présence d’un engin explosif.

Selon les éléments recueillis par 20 Minutes, vers 15h30, un premier appel anonyme est passé à police secours – le « 17 » – pour indiquer qu’un engin explosif se trouverait dans l’établissement. Une procédure d’évacuation est immédiatement mise en place et l’essentiel des classes quitte rapidement le lycée.

Mais alors que l’évacuation est en cours, un second appel est émis, près de quinze minutes après le premier. « Cette fois, on nous annonce qu’il s’agirait d’une intrusion d’individus potentiellement armés », précise une source policière.

Une enquête va être ouverte

Selon le parquet, une seule classe, au 3e étage, n’a pas entendu l’alarme et est donc restée dans l’établissement, se confinant elle-même. Les moindres recoins de l’établissement ont donc été inspectés par les forces de l’ordre.

« On n’a pas trouvé d’individu armé et il n’y a pas de revendication », précise une seconde source policière. La brigade des démineurs de Sainte-Croix-en-Plaine est intervenue. La situation est revenue à la normale ce soir. « Tous les élèves sont désormais évacués et il n’y a plus d’inquiétudes à avoir », a indiqué la procureure de Mulhouse. La magistrate va ouvrir une enquête pour retrouver le ou les auteurs de ces appels malveillants.