Béziers : Après l'incendie d'une école, Robert Ménard trouve « dégueulasse » qu'aucun ministre ne se soit déplacé

SINISTRE Une école a brûlé, dans la commune héraultaise, dans la nuit du 31 octobre

Jérôme Diesnis

— 

L'école incendiée à Béziers le 31 octobre
L'école incendiée à Béziers le 31 octobre — LODI Franck/SIPA

« C’est juste dégueulasse ! » Après les événements survenus le soir d’Halloween à Béziers, le maire de la sous-préfecture héraultaise, Robert Ménard (élu en 2014 avec le soutien du FN), est révolté, et le fait savoir dans une vidéo, publiée sur Twitter.

Une école a été incendiée dans la nuit du 31 octobre, et devra être démolie, et aucun ministre ne s’est déplacé dans sa commune, déplore l’élu.

Des tweets des ministres

« Honnêtement, je ne comprends pas. Monsieur Castaner, ministre de l’Intérieur, trouve le temps d’aller à Chanteloup-les-Vignes (…), mais il ne trouve pas une minute pour venir à Béziers, où on a caillassé des pompiers, où on s’en est pris à des policiers, où on a brûlé une école », s’exclame l’élu, proche de l’extrême droite, avant de s’en prendre à Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale, et Julien Denormandie, ministre chargée de la Ville, qui, eux non plus, n’ont pas fait le déplacement dans l’Hérault.

« A moins que tout cela soit une sordide affaire politique, reprend Robert Ménard. Les Biterrois seraient sanctionnés parce qu’ils auraient mal voté ? »

S’il ne s’est pas déplacé à Béziers, Christophe Castaner s’est tout de même fendu d’un tweet, dans lequel il condamne « ces actes inacceptables » et apporte son soutien aux policiers et aux sapeurs-pompiers héraultais. Jean-Michel Blanquer a également fait un tweet, pour « condamner avec force les exactions » commises à Béziers.