Un « déséquilibré » interpellé nu dans un TGV près de Reims

FAIT DIVERS Après avoir d'abord été placé en garde à vue pour apologie du terrorisme, le suspect a été hospitalisé en service psychiatrique

20 Minutes avec AFP
— 
Des TGV en gare (illustration).
Des TGV en gare (illustration). — A. GELEBART / 20 MINUTES

Fausse alerte terroriste. Un homme « totalement déséquilibré » a été placé en garde à vue mardi et devait être hospitalisé après avoir été interpellé nu dans un TGV reliant Stuttgart à Paris, a annoncé le parquet de Reims. Peu avant 10H00, la police est intervenue « à la suite de la mise en cause d’un individu perturbateur dans un TGV à hauteur de la gare de Bezannes », près de Reims, a indiqué dans un communiqué le procureur de Reims, Matthieu Bourrette.

« Durant ce contrôle, l’individu » au « comportement curieux et inquiétant » « prononçait des mots en arabe, semblant faire allusion à Allah, mais contrairement à ce qui a pu être rapporté initialement aux services de police, à aucun moment les témoins ne l’ont entendu prononcer les mots ''Allahou Akbar'' (Dieu est le plus grand) », a précisé le procureur. Après s’être déshabillé complètement, l’homme a été interpellé « sans difficulté ». Il ne portait « aucune arme ou engin explosif », a-t-on ajouté de même source.

La garde à vue pour apologie du terrorisme levée

Placé en garde à vue pour apologie du terrorisme et exhibition sexuelle dans les locaux du commissariat de Reims, « il apparaissait immédiatement comme totalement déséquilibré, et non auditionnable ». « L’expert psychiatre qui l’a visité a conclu à une abolition totale du discernement (…) La garde à vue va être levée, et un arrêté a été pris afin de permettre son hospitalisation d’office », a ajouté le procureur.

Des investigations auprès des autorités allemandes « semblent établir qu’il s’agit d’un individu de 28 ans, né au Maroc, connu des services de police et de justice allemands ». Le TGV a été évacué afin qu’une fouille puisse être menée et il est reparti vers 11H15, soit 1h15 plus tard, « une fois que toutes les garanties de sécurité » avaient été réunies.