Bretagne : Plusieurs blessés après une nouvelle altercation entre pro et anti chasse à courre

CHASSE Des incidents ont éclaté vendredi en forêt de Lanouée dans le Morbihan

Jérôme Gicquel

— 

Illustration de la chasse à courre.
Illustration de la chasse à courre. — Lionel BONAVENTURE / AFP

En forêt de Lanouée dans le Morbihan, les relations sont des plus tendues ces derniers mois entre partisans et opposants de la chasse à courre. Vendredi, une nouvelle altercation a éclaté entre les deux groupes, faisant plusieurs blessés. Comme souvent, les versions divergent pour savoir qui est à l’origine des violences.

Dans un communiqué, la Société de vénerie a dénoncé l’agression physique dont ont été victimes, selon elle, certains chasseurs. « Aspersion de gaz à la bombe lacrymogène, étranglement, morsures, coups de poing et de pied, violence en réunion…. Trois des nôtres ont dû être évacués par les pompiers à l’hôpital compte tenu de la gravité de leurs blessures », indiquent les militants de la chasse à courre, annonçant que des plaintes allaient être déposées.

Les opposants affirment s’être simplement défendus

La version des faits est évidemment toute autre du côté du collectif Forest Keepers Bretagne. Selon ces opposants, ce sont les chasseurs qui les auraient agressés en premier alors qu’ils étaient en train de filmer. Sur leur page Facebook, ils reconnaissent ainsi en avoir aspergé certains avec « du gel au poivre » dans les yeux « parce qu’ils tabassaient un militant en état de légitime défense ».

Un autre militant « plaqué au sol » se serait également défendu en mordant à la main un chasseur « qui tentait de lui voler » sa caméra. « Nous ne doutons pas que la lumière sera faite sur ces violences et que les responsables seront condamnés », assurent-ils. Interrogée par Ouest-France, la gendarmerie de Ploërmel se contente d’indiquer « qu’une enquête est en cours ».

Cinq chasseurs condamnés en juillet

Courant juillet, cinq participants à une chasse à courre avaient été jugés devant le tribunal correctionnel de Rennes pour des violences commises contre deux militants anti-chasse en février en forêt de Brocéliande. Ils avaient été condamnés​ début août à des peines de 6 à 10 mois de prison avec sursis, assorties d’interdiction de chasse allant de huit mois à un an.