Hérault : Ils chassaient les grives en diffusant leurs chants sur des enceintes connectées

FAITS DIVERS Les chasseurs sont été verbalisés dans une forêt, à Fontanès, au nord de Montpellier

N.B.

— 

Une grive (illustration)
Une grive (illustration) — MARY EVANS/SIPA

Des chasseurs ont été verbalisés, au milieu du mois d’octobre, dans une forêt de Fontanès, au nord de Montpellier, dans l'Hérault. Les quatre hommes ont été appréhendés par le service départemental de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage de l’Hérault, qui procédait à des contrôles de chasse au gibier migrateur.

Ils attiraient des grives, un petit oiseau migrateur, en diffusant leurs chants… sur des enceintes connectées, via un smartphone, indique un responsable de l’organisme à 20 Minutes.

Une pratique interdite

Les volatiles, persuadés qu’il s’agissait du chant de congénères, arrivaient nombreux.

Ce type de pratique est strictement interdite, indique l’Office national de la chasse et de la faune sauvage, et est passible, devant un tribunal, de 1.500 euros d’amende et du retrait du permis de chasse.

Le matériel des suspects, cinq armes à feu, ainsi que les enceintes connectées, ont été saisies. Le gibier, une dizaine de grives, a également été récupéré. Les chasseurs étaient également en possession d’une palombe, qui a été saisie.