Un fourgon de CRS a-t-il tenté d’écraser un manifestant pendant l’acte 50 des « gilets jaunes » ?

FAKE OFF Une vidéo montrant un face-à-face entre un homme et un fourgon de CRS pendant l’acte 50 des « gilets jaunes » vaut aux forces de l’ordre d’être accusées d’intentions meurtrières

Alexis Orsini

— 

Des véhicules de CRS, le 1er avril 2019, à Paris (12e).
Des véhicules de CRS, le 1er avril 2019, à Paris (12e). — Clément Follain / 20 Minutes
  • Un homme seul face un fourgon de CRS en marche et diffusant du gaz lacrymogène à bout portant.
  • Cette scène atypique, filmée pendant l’acte 50 des « gilets jaunes » à Paris, indigne de nombreux internautes, certains y voyant même une « tentative d’assassinat » de la part des forces de l’ordre.
  • 20 Minutes revient sur le déroulé des événements.

« Tentative d’assassinat ? », « les forces de l’ordre n’hésitent pas à pousser un manifestant au risque de l’écraser, mais en plus ils gazent… Allô l’IGPN ??? ». Sur les réseaux sociaux, une vidéo de 12 secondes, filmée pendant l’acte 50 des « gilets jaunes », à Paris, le samedi 26 octobre, suscite de nombreux commentaires indignés.

On y voit un fourgon de CRS avancer sur plusieurs mètres, tandis qu’un homme s’agrippe aux essuie-glaces du véhicule. Malgré le gaz lacrymogène reçu en plein visage de la part du conducteur, qui l’en asperge depuis la fenêtre ouverte, l’homme reste droit debout appuyé sur le capot, comme s’il tentait (vainement) de ralentir sa progression, tandis que certains témoins présents sur les côtés crient « Arrête-toi ! » au conducteur.

FAKE OFF

La séquence a bien été filmée à Paris, vers 19h, sur le boulevard de la Villette, à quelques pas du métro Belleville, comme le confirme à 20 Minutes la chaîne Youtube Media Investigation, présente sur place – une localisation que l’on peut en outre vérifier sur Google Maps.

D’autres vidéos filmées sous des angles différents permettent toutefois de mieux comprendre le déroulement de la scène, notamment les minutes précédant et suivant cette séquence.

Les images du journaliste Rémy Buisine montrent ainsi la première confrontation entre l’homme et le véhicule de CRS, lorsqu’il se dresse devant le véhicule – en tête d’un convoi d’au moins trois fourgons – et commence à tirer sur ses essuie-glaces. Un geste qui lui vaut un premier jet de gaz lacrymogène depuis la vitre ouverte.

Après avoir brièvement reculé, l’individu revient à la charge mais cette fois-ci, le conducteur se met à avancer à très faible allure – tout en continuant à utiliser le gaz lacrymogène – avant d’accélérer.

« Le fourgon roulait à la vitesse d’une marche à pied rapide »

Si la coupure soudaine de cette vidéo virale pouvait laisser penser que le véhicule continuait d’avancer vers l’homme, entraînant possiblement un drame, les images de Rémy Buisine montrent qu’il s’est en réalité arrêté, le temps que les forces de l’ordre sortent du véhicule pour se ruer vers les manifestants, qui s’empressent de fuir. Sans que l’on puisse savoir pour autant ce que devient l’homme faisant face au fourgon.

Les images tournées de plus loin par Media Investigation permettent toutefois d’éclaircir ce point, puisqu’on y distingue clairement l’homme en train de s’enfuir de l’autre côté du boulevard, sans être rattrapé par les CRS. « [Le fourgon ne roulait] pas très vite, à la vitesse d’une marche à pied rapide et sur quelques mètres, ce qui restait assez dangereux tout de même si jamais le " piéton " était tombé au sol », nous précise-t-on chez Media Investigation. Avant d’ajouter : « Je ne pense pas qu’il y avait intention de l’écraser, je pense que le conducteur voulait le faire partir ».

Contacté par 20 Minutes, le Service d’information et de communication de la police nationale (Sicop) n’a pas été en mesure de répondre à nos sollicitations avant la parution de l’article.