Jets de cocktails Molotov, de tirs de mortier… Des policiers et pompiers tombent dans un guet-apens

YVELINES Une centaine d’individus s’en sont pris aux forces de l’ordre et aux pompiers, jeudi soir, dans le quartier du Val-Fourré à Mantes-la-Jolie (Yvelines)

Thibaut Chevillard

— 

Le quartier du Val Fourré, à Mantes-la-Jolie (Yvelines)
Le quartier du Val Fourré, à Mantes-la-Jolie (Yvelines) — MIGUEL MEDINA / AFP
  • Une centaine d’individus s’en sont pris aux forces de l’ordre et aux pompiers, jeudi soir, dans le quartier du Val-Fourré à Mantes-la-Jolie (Yvelines).
  • Deux personnes ont sans doute été blessées lors des échauffourées ainsi qu’un policier.
  • L’Inspection générale de la police nationale (IGPN) a été saisie « sur les conditions d’usage des armes de défense par les policiers ».

Ils sont tombés dans un guet-apens. Jeudi soir, vers 22h30, les pompiers sont appelés pour éteindre un véhicule en feu rue Marie Laurencin, dans le quartier sensible du Val-Fourré à Mantes-la-Jolie (Yvelines). Un équipage de la Bac est sollicité pour assurer leur protection. Soudain, « une centaine d’individus » qui s’étaient cachés, selon une source policière, convergent vers eux. Pompiers et policiers le comprennent vite : ils sont tombés dans un piège.

Les soldats du feu repartent sans avoir pu éteindre l’incendie. Les trois policiers qui les accompagnent, eux, vont être la cible pendant de longues minutes de jets de cocktails Molotov et de pierres, de tirs de mortier. Après avoir appelé du renfort, les policiers tentent de rétablir l’ordre durant près d’une heure. Pour cela, ils font usage de LBD (lanceurs de balles de défense) et de grenades lacrymogènes. Ce vendredi, le parquet de Versailles a indiqué avoir saisi l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) « sur les conditions d’usage des armes de défense par les policiers ».

Deux blessés

Le calme est revenu un peu avant minuit. Aucun individu n’a été interpellé. Parmi les blessés, un policier touché à la cuisse par un tir de mortier. Par ailleurs, deux jeunes suspectés d’avoir participé aux échauffourées se sont présentés dans la nuit aux urgences. L’un est blessé à l’entrejambe, l’autre âgé de 19 ans a été touché au visage et dû être opéré. Les investigations sont en cours pour déterminer l’origine de leurs blessures.

Une enquête a été ouverte des chefs de « violences avec guet-apens, arme et en réunion », « participation à un groupement formé en vue de la commission de violences » et « outrages » sur personne dépositaire de l’autorité publique. Sur Twitter, le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a indiqué condamner « sans réserve les violences commises hier à Mantes-la-Jolie ». C’est une « attaque extrêmement violente que je dénonce de manière catégorique », a ajouté son secrétaire d’Etat, Laurent Nuñez, lors d’une visite au commissariat de Trappes.