Affaire Dupont de Ligonnès: Huit ans après, retour sur une affaire hors du commun — 20 Minutes

FAUSSES PISTES

Affaire Xavier Dupont de Ligonnès : Toutes les fois où on a cru retrouver le fugitif

Xavier Dupont de Ligonnès aurait été aperçu un peu partout en France et ailleurs, sans que cela n'aboutisse jusqu'à présent

Depuis la disparition de Xavier Dupont de Ligonnès le 15 avril 2011, de nombreux signalements, informations, révélations ou rumeurs en tout genre ont fait un instant croire à l’arrestation du principal suspect du massacre de la famille Dupont de Ligonnès. Jusqu’à l'interpellation vendredi à Glasgow d’une personne qui n'est finalement pas le fameux fugitif. Voici un florilège de fausses pistes.

22 avril 2012 : On commence par une histoire belge. Un couple de Bruxellois affirme avoir vu Xavier Dupont de Ligonnès dans un bar de Collias dans le Gard, le 22 avril. Il aurait eu un « rendez-vous ». Et même si le témoin se dit « très physionomiste », ce signalement ne mène nulle part.

Mars 2012 : Sans doute la rumeur la plus improbable. Une femme rapporte auprès d’un journal italien avoir eu une liaison avec Xavier Dupont de Ligonnès à Turin et que ce dernier l’aurait escroqué de plusieurs milliers d’euros. Ce n’était évidemment pas lui.

6 septembre 2012 : Xavier Dupont de Ligonnès aurait été repéré dans les quartiers nord de Bastia. Fausse piste.

Février 2013 : Après le sud de la France, place au Nord, avec un signalement par un hôtelier de Dieppe. Selon lui, un homme ressemblant à Xavier Dupont de Ligonnès aurait passé deux nuits dans le port normand. il aurait même vidé ses cendriers. De la fumée sans feu.

Avril 2015 : Un promeneur découvre des ossements à proximité d’un « camp de survie » dans une forêt près de Fréjus, dans le Var. Aussitôt une expertise ADN est lancée, elle ne donne rien.

11 juillet 2015 : Un courrier daté du 11 juillet et signé « Xavier Dupont de Ligonnès » est reçu par le bureau nantais de l’AFP. Il s’agissait d’une photo de deux des fils du fugitif. Au verso, était écrit en majuscules « Je suis encore vivant » puis en minuscules : « De là jusquà cette heure » (sic). Le message écrit à la main est signé « XAVIER Dupont de Ligonnès ». Un faux, selon la police.

17-18 octobre 2016 : Le quinquagénaire nantais aurait été vu dans la nuit au casino de Néris-les-Bains, à 8 km de Montluçon. Après vérification des enquêteurs, ce n’est toujours pas lui.

9 janvier 2018 : Un homme ressemblant à Xavier Dupont de Ligonnès est répéré dans un monastère lors d’une messe. Or, ce monastère est situé sur la commune de Roquebrune-sur-Argens, dans le Var, là même où le fugitif est aperçu pour la dernière fois, le 15 avril 2011. Une opération de police a lieu mais Xavier Dupont de Ligonnès s’avère être frère Jean-Marie Joseph. « Je suis tombé des nues. Certaines choses peuvent correspondre, certes, comme la taille – je mesure 1,82 mètre – ou l’âge – j’ai 53 ans -. Pour le reste, je ne lui ressemble pas du tout », avait-il déclaré à LCI. Raté.

Vendredi 11 octobre: Un homme est arrêté à l'aéroport de Glasgow, la police écossaise affirmant qu'il s'agit de Xavier Dupont de Ligonnès. Mais après moins de 24 heures de vérifications, il s'avère que l'homme arrêté est un certain Guy J., qu'il habite dans les Yvelines et surtout, qu'il ne ressemble pas du tout au fugitif nantais. On y a tous cru très fort, trop peut-être.

Signalement bonus : En juin 2016, un homme appelle à 2 heures du matin les pompiers leur expliquant qu’il est blessé par balles et se trouve dans la forêt de Toulfoën, à Quimperlé (Finistère). Finalement l’homme n’est ni blessé, ni en forêt mais assure avoir été blessé par son oncle qui ne serait nul autre que Xavier Dupont de Ligonnès, qui aurait subi une chirurgie esthétique. Ce sera finalement un passage par la case tribunal pour le faux blessé.

20 secondes de contexte

Vendredi 11 octobre dans la soirée, la police écossaise a annoncé avoir arrêté Xavier Dupont de Ligonnès à l’aéroport de Glasgow (Ecosse). 20 Minutes s’est fait confirmer cette information auprès de sources policières françaises. Samedi, à 13 heures, des tests ADN pratiqués par des experts de la justice française sur l’homme arrêté à Glasgow ont démontré qu’il ne s’agissait pas de Xavier Dupont de Ligonnès, en cavale depuis huit ans.

Depuis vendredi soir et l’annonce de cette arrestation, 20 Minutes est resté prudent et a vérifié chacune des nouvelles informations publiées.