Pyrénées-Orientales : Après la mort d'un père et sa fille à Saillagouse, la thèse de l'infanticide et du suicide confirmée

FAITS DIVERS Leurs corps avaient été découverts dimanche

N.B. avec AFP

— 

Une gendarmerie. (Illustration)
Une gendarmerie. (Illustration) — E. Frisullo / 20 Minutes

Le procureur de la République de Perpignan, Jean-Jacques Fagni, a confirmé ce mercredi la thèse d’un infanticide et d’une tentative d’infanticide, suivis d’un suicide, après la découverte dimanche des corps d'un homme et de sa fillette, à Saillagouse, un village des Pyrénées-Orientales.

L’homme et sa fille sont morts par asphyxie, à la suite d’une inhalation de monoxyde de carbone, provenant d’un appareil de chauffage d’appoint. Son fils, jumeau de la jeune victime, était présent au moment des faits dans l’appartement familial situé dans une résidence de logements sociaux, mais il a échappé à la mort. Ayant lui aussi inhalé du gaz, il a été hospitalisé à Montpellier.​ Ses jours ne sont pas en danger.

Sur fond de séparation

Les constatations faites par les services d’enquête et la découverte « d’éléments où le père fait part de ses intentions », confirment « l’intention criminelle » à l’encontre des deux enfants, et le « suicide » du père, a indiqué le procureur. Ce drame est intervenu sur fond de séparation des parents. Le procureur a noté qu’une plainte pour violences conjugales avait été déposée récemment, mais qu’elle avait été classée, l’infraction était insuffisamment caractérisée.

La mère était absente dimanche soir au moment des faits. Elle s’était réfugiée chez une amie. Elle a elle aussi été hospitalisée à Montpellier, en raison d’un choc psychologique.