Nancy : Démantèlement d’un réseau spécialisé dans le vol de cuivre de la SNCF

ENQUETE Onze personnes soupçonnées de vols de cuivre sur des radiateurs de locomotives de la SNCF ont été interpellées et mises en examen

Nils Wilcke

— 

illustration vol de cuivre.
illustration vol de cuivre. — M.Libert / Archives 20 Minutes

Onze personnes ont été mises en examen à Nancy dans le cadre du démantèlement d’un réseau spécialisé dans le vol de cuivre, a annoncé lundi la gendarmerie dans un communiqué.

Les enquêteurs, notamment de la section des recherches de Dijon et du groupement de gendarmerie de Saône-et-Loire, les ont interpellés dès le 22 septembre. Les onze mis en cause sont soupçonnés d’une vingtaine de vols de radiateurs de refroidissement contenant du cuivre, extraits sur des locomotives stationnées sur les terrains de la SNCF.

Sept d’entre eux ont été placés en détention provisoire

Dans le détail, les onze mis en cause ont été mis en examen pour « vol et tentative de vol en bande organisée », « recel de vol en bande organisée », « blanchiment et association de malfaiteurs », précise la gendarmerie. Sept d’entre eux ont été placés en détention provisoire et quatre sous contrôle judiciaire, avec des cautions à hauteur de 400.000 euros, précise la gendarmerie.

Le réseau aurait répété ces vols dans plusieurs régions, notamment Bourgogne-Franche-Comté, Champagne-Ardenne, Ile-de-France, Grand-Est, Hauts-de-France et Pays-de-Loire. « En 2019, 59 vols de radiateurs de refroidissement de locomotives ont été recensés pour un préjudice total de plus d’un million d’euros pour la SNCF et certains de ses sous-traitants », précise la gendarmerie.