Essonne: Un homme enterré dans le mauvais cimetière sans que ses proches soient avertis

OUPS La famille de cet homme placé sous tutelle n'a appris son décès qu'un mois après celui-ci

C.Po.

— 

Le cimetière du Père-Lachaise, à Paris
Le cimetière du Père-Lachaise, à Paris — Philippe LOPEZ / AFP

C’est par un banal coup de téléphone qu’ils ont appris sa mort, un mois jour pour jour après celle-ci. La famille d’un homme décédé à l’âge de 82 ans dans sa maison de retraite d’Estampes, dans l’Essonne, n’a été avertie de cette funeste nouvelle qu’après que ce dernier ait déjà été enterré, rapporte ce mardi Le Parisien.

Outre le choc de cette annonce tardive, sa femme déplore que les dernières volontés de son mari n’aient pas été respectées : l’union nationale des familles de l’Essonne, qui gérait sa tutelle, a choisi de l’inhumer dans le cimetière de Morigny-Champigny, à proximité de sa maison de retraite alors que dans une lettre, il indiquait qu’il souhaitait être incinéré à Paris.

Un homme isolé

Le défunt avait été placé sous tutelle en 2012 après de multiples crises de démence dont la dernière l’avait conduit à tenter de tuer sa femme. Ses enfants s’étaient progressivement éloignés de lui, mais sa femme assure qu’elle l’appelait de temps à autre pour maintenir le lien.

Contactée par le quotidien, l’association affirme que la maison de retraite n’avait pas le numéro des proches de la victime et que ce dernier n’avait pas reçu de visite depuis trois ans. Quant au choix du cimetière contraire au souhait du défunt, elle indique n’avoir jamais eu connaissance de ses dernières volontés et affirme qu’elle prendra financièrement à sa charge le transfert vers le Père-Lachaise si toutes les conditions sont réunies pour qu’il y soit enterré. Car pour reposer dans ce cimetière parisien, au moins un des enfants du défunt doit résider dans la capitale.

Ils découvrent la mort de leur fils en assistant à l'enterrement d'un proche