Grenoble : Une enquête ouverte pour destruction involontaire par incendie après le feu à la mairie

ENQUETE Dans la nuit de dimanche à lundi, un incendie dont l'origine reste inconnue a ravagé la salle du conseil municipal de Grenoble, en Isère

Elisa Frisullo

— 

La police de Grenoble est chargée de l'enquête.
La police de Grenoble est chargée de l'enquête. — E. Frisullo / 20 Minutes

L’origine du sinistre n’est toujours pas connue. Après le feu qui a ravagé une partie de la mairie de Grenoble (Isère) dans la nuit de dimanche à lundi, une enquête « pour destruction involontaire par incendie » a été ouverte et confiée au commissariat de la ville, a-t-on appris auprès du parquet.

Vers 3h15, le sinistre s’est déclaré au sein de l’hôtel de ville, déclenchant l’alarme incendie. La salle du conseil municipal a été ravagée par les flammes et plusieurs bureaux, dont celui du maire, situés à l’étage, ont été endommagés par les fumées. Malgré tout, la mairie a ouvert ses portes au public dès lundi matin.

Pas d’effraction

« A ce stade de l’enquête, qui ne fait que débuter, aucun élément ne permet de retenir une piste criminelle », a ajouté le procureur de Grenoble Eric Vaillant, lundi soir. Selon le parquet, il n’y a pas eu, a priori, d’effraction, et aucune trace d’accélérateur de feu n’a été trouvée.

Plusieurs prélèvements ont été réalisés et vont être analysés. « Aucune conclusion ne peut être tirée », a insisté le parquet, indiquant que l’expert judiciaire n’avait pas encore rendu ses conclusions.

Le temps que la salle soit rénovée et de nouveau accessible, Christophe Ferrari, président de la Métro, a annoncé dès lundi matin, la mise à disposition de la salle du conseil métropolitain pour tous les prochains conseils municipaux de Grenoble.