Haut-Rhin : Un homme fonce volontairement en voiture sur la grande mosquée de Colmar, sans faire de blessés

ENQUETE Le conducteur du véhicule s’est lui-même blessé à l’arme blanche : il a dû être opéré après avoir été arrêté

20 Minutes avec AFP

— 

La Grande Moquée de Colmar, ici en 2002. (archives)
La Grande Moquée de Colmar, ici en 2002. (archives) — OLIVIER MORIN / AFP

Un homme a foncé volontairement samedi peu avant 20h sur l’entrée de la Grande Mosquée de Colmar, sans faire d’autre blessé que lui-même. L’homme a été rapidement interpellé sur place par la police, et une enquête est en cours, d’après la préfecture du Haut-Rhin. Selon la procureure de la République de Colmar, Catherine Sorita-Minard, l’homme s’est lui-même blessé à l’arme blanche et a été hospitalisé, devant subir une intervention chirurgicale.

« Il sera examiné par un psychiatre dès que possible », a poursuivi la magistrate, estimant qu’à première vue, il souffrirait « de problèmes psychiatriques ». Des témoins ont affirmé qu'« il aurait dit Allah akbar », cette information restant toutefois à confirmer, a ajouté la procureure de Colmar selon laquelle « il sera placé en garde à vue et entendu dès que possible ».

Il y avait des gens dans la mosquée à ce moment-là

« On en saura plus sur ses motivations à ce moment-là », a-t-elle relevé, confirmant qu’il n’y avait pas d’autre blessé que lui-même en dépit de la présence de « quelques personnes dans la mosquée » au moment où il en avait percuté l’enceinte. « Des investigations sont faites sur le véhicule », toujours selon la procureure. Selon le journal L’Alsace, des démineurs ont examiné la voiture « qui ne contenait pas d’explosif ».

Le conseil régional du culte musulman (CRCM) d’Alsace et le Conseil des imams et cadres religieux d’Alsace (CICRA) « condamnent avec la plus grande fermeté cet acte inqualifiable contre un lieu de culte », ont-ils réagi dans un communiqué. « Nous faisons confiance à la justice pour faire toute la lumière sur ce terrible événement », ont ajouté les deux instances.