Besançon: Un adolescent fuit la police à scooter et se blesse grièvement

ACCIDENT Son passager a été plus légèrement blessé et est sorti de l'hôpital

20 Minutes avec AFP

— 

Besançon: Un adolescent fuit la police à scooter et se blesse grièvement (Illustration)
Besançon: Un adolescent fuit la police à scooter et se blesse grièvement (Illustration) — E. Frisullo / 20 Minutes

Opéré, son pronostic vital est engagé. Un adolescent de 16 ans qui cherchait échapper à un contrôle de police dimanche à Besançon a été grièvement blessé lors d’une chute à scooter qu’il conduisait sans casque, a indiqué lundi le procureur de Besançon, Etienne Manteaux.

Son passager, âgé de 18 ans, a eu un peu plus de chance : plus légèrement blessé, il est sorti de l’hôpital lundi, a précisé le procureur de la République de Besançon, lors d’une conférence de presse.

Du scotch sur la plaque d’immatriculation du scooter

Les faits se sont produits dimanche après-midi dans le quartier populaire de Planoise à Besançon, quand vers 17h10, une patrouille de la brigade anticriminalité (BAC) a repéré un scooter transportant « deux hommes sans casque » et dont « la plaque d’immatriculation était (…) dissimulée » par du scotch, a relaté Etienne Manteaux. Les policiers, qui circulaient dans une voiture banalisée, « ont fait demi-tour pour procéder à un contrôle » mais le conducteur « est monté sur un trottoir et a accéléré » pour prendre la fuite, le véhicule de la BAC le suivant, a-t-il ajouté.

Selon le magistrat, l’adolescent a « perdu le contrôle du scooter peu de temps après avoir évité deux piétons » et il a « violemment heurté quelque chose de dur au niveau de la tête ». D’après plusieurs témoins, « le conducteur et son passager sont tombés seuls », sans choc avec la voiture de police, a souligné Etienne Manteaux qui invite « toute personne ayant des informations utiles pour comprendre les faits à se présenter à la police judiciaire de Besançon », en charge de l’enquête.

Le conducteur était sous contrôle judiciaire

« Il souffre d’un traumatisme facial très important » et se trouvait encore dans le coma lundi après-midi, a expliqué Etienne Manteaux.

Condamné pour des infractions à la législation sur les stupéfiants, le conducteur était sous contrôle judiciaire depuis juin 2016 avec interdiction de paraître dans la rue où a eu lieu l’accident.