Course-poursuite dans le Gers : Le jeune passager n’est pas mort d’un tir policier

ENQUETE Un jeune de 17 ans est mort vendredi au terme d’une course-poursuite avec les forces de l’ordre

20 Minutes avec AFP

— 

Une voiture de police en intervention (illustration).
Une voiture de police en intervention (illustration). — Clément Follain / 20 Minutes

Il est mort à cause d’un « traumatisme cervical » dû à l’accident, pas d’une balle tirée par un policier. Le parquet d’Auch​ a rendu publics ce lundi soir les résultats de l’autopsie du jeune de 17 ans décédé vendredi au terme d’une course-poursuite avec les forces de l’ordre.

Au cours de cette opération, un policier avait ouvert le feu « en situation de déséquilibre en se jetant en même temps sur le bas-côté de la route pour ne pas être percuté », selon le récit de Charlotte Beluet, la procureure de la République d’Auch. La voiture, une Peugeot volée, avait alors poursuivi sa route sur 800 mètres, croisant une patrouille de gendarmerie, avant de faire une sortie de route. L’accident a été fatal à l’un des deux passagers, qui ne présente donc « pas de lésion balistique ».

Le conducteur de la voiture a été déféré

Dans cette affaire, l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) a été saisie dès dimanche pour enquêter sur les circonstances du tir du policier.

Parallèlement à l’autopsie de l’adolescent décédé, qui était d’origine géorgienne, le conducteur du véhicule a été présenté au parquet d’Agen ce lundi. Connu des services de police et âgé de 20 ans, il devrait être poursuivi pour « tentative d’homicide sur personne dépositaire de l’ordre public, recel de vol et homicide involontaire par conducteur ».

Le drame a provoqué deux nuits de violences urbaines dans le quartier prioritaire du Grand Garros à Auch, où vivent d’importantes communautés géorgienne et tchétchène.