Corse : Un militant nationaliste tué par balles sur une plage

FAITS DIVERS Maxime Susini, un militant nationaliste, a été retrouvé mort sur une plage de Cargèse

Mathilde Ceilles (avec T.C)

— 

Une voiture de police à Ajaccio en Corse
Une voiture de police à Ajaccio en Corse — Pascal Pochard-Casabianca AFP

Un militant nationaliste, Maxime Susini, a été retrouvé mort ce jeudi, tué par balles à Cargèse, en  Corse du Sud. Le trentenaire a été tué un peu avant 8 heures, sur la plage du Pero où il tenait une paillote, au nord d'Ajaccio, selon les déclarations d’Eric Bouillard, procureur de la République d’Ajaccio. Selon les informations de 20 Minutes, la victime venait d’arriver sur les lieux à moto lorsqu’il a été pris pour cible. « Il a reçu au moins deux coups de feu, avant de s’écrouler une vingtaine de mètres plus loin, alors qu’il tentait de fuir », a précisé le magistrat.

Un véhicule utilitaire a été retrouvé calciné près des lieux du crime, a ajouté le procureur. Les gendarmes de la section de recherche d’Ajaccio sont chargés de l’enquête. La victime, âgée de 36 ans, était connue de la justice. Militant du mouvement nationaliste corse U Rinnovu, il avait été poursuivi dix ans plus tôt pour l’incendie volontaire des bureaux du président de l’exécutif de la collectivité territoriale de Corse, et relaxé en juin 2009 par la cour d’appel de Bastia dans cette affaire.

Plus récemment, en 2017, selon plusieurs médias locaux, il avait refusé de se soumettre à un prélèvement ADN par la justice et avait écopé de deux mois de prison ferme et 1.500 euros d’amende avec sursis. Selon des documents que s’est procurés l’AFP, M. Susini s’était vu refuser l’autorisation d’ouvrir sa paillote pour cette saison touristique. Il était aussi supporter du Sporting Club Bastia et l’organisateur du festival de musique Cargèse Sound System, qui cette année n’avait pas eu lieu.