Brest : Deux jeunes de 17 et 18 ans mis en examen pour le coup de feu devant un lycée

ENQUETE Les deux jeunes, qui ne seraient pas les auteurs du coup de feu, sont soupçonnés d’être entrés dans l’enceinte de l’établissement avec des battes de baseball

20 Minutes avec AFP

— 

Une voiture de la police nationale.
Une voiture de la police nationale. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Interpellés ce lundi, deux anciens élèves du lycée Dupuy-de-Lôme de Brest, devant lequel un coup de feu a été tiré le 4 septembre, ont été mis en examen, ce mardi, a annoncé le procureur de la République Jean-Philippe Récappé.

Agés de 17 et 18 ans, les deux jeunes ont été mis en examen pour violence aggravée en réunion, avec arme et dans l’enceinte d’un établissement scolaire, soit trois circonstances aggravantes, a précisé Jean-Philippe Récappé, ajoutant qu’ils étaient soupçonnés d’être entrés dans l’enceinte de l’établissement avec des battes de baseball.

Les deux adolescents connus des services de police

Ils ne seraient cependant pas les auteurs du coup de feu, tiré en l’air selon des témoins, a assuré le procureur de Brest, indiquant qu’ils encouraient une peine de sept ans d’emprisonnement et 100.000 euros d’amende. Le plus jeune, en récidive, a été placé en détention, tandis que le jeune majeur a été laissé libre sous contrôle judiciaire, selon la même source. Tous deux étaient sans domicile fixe et défavorablement connus des services de police.

Mercredi, lors de la récréation de l’après-midi, des jeunes au visage dissimulé et armés, notamment de battes de baseball, ont investi les terrains de sports municipaux qui jouxtent le lycée où les élèves ont l’habitude de se rendre pour fumer. Ils voulaient en découdre avec un lycéen de terminale d’origine albanaise. Un coup de feu serait parti à ce moment-là. Les élèves, une vingtaine, se sont alors réfugiés dans l’enceinte de leur établissement, suivis des assaillants qui auraient cependant été rapidement repoussés par le personnel présent, selon proviseur du lycée. Deux élèves ont été légèrement blessés.