Brest : Deux interpellations après un coup de feu devant un lycée

ENQUÊTE Une cellule psychologique a été mise en place dans l’établissement

J.G. avec AFP

— 

Illustration d'une voiture de la police nationale, ici devant le parlement de Bretagne, à Rennes.
Illustration d'une voiture de la police nationale, ici devant le parlement de Bretagne, à Rennes. — C. Allain / 20 Minutes

L’enquête sur le coup de feu tiré devant le lycée Dupuy-de-Lôme à Brest mercredi a connu une avancée significative. Deux anciens élèves de l’établissement ont été interpellés lundi matin et placés en garde à vue pour « violences volontaires avec arme en réunion dans une enceinte scolaire », a indiqué le procureur de la République de Brest Jean-Philippe Récappé.

Les deux individus, sans domicile fixe, sont défavorablement connus des services de justice et de police, a-t-il ajouté. L’un d’entre eux serait à l'origine du coup de feu tiré en l’air après avoir mis en joue un élève de terminale qui avait reçu des menaces. Une enquête de police est en cours pour déterminer avec précision le déroulement des faits et les infractions commises.

Une cellule psychologique mise en place

Lors d’une conférence de presse organisée lundi dans l’établissement, le recteur de l’académie de Rennes Emmanuel Ethis a précisé que l’événement s’était produit « à l’extérieur du lycée ».

Le recteur a par ailleurs précisé que, contrairement à des affirmations des syndicats, « la cellule psychologique est en place depuis le début de l’événement » au lycée brestois.