Photo d'illustration des réseaux sociaux.
Photo d'illustration des réseaux sociaux. — SIERAKOWSKI/ISOPIX

SEQUESTRATION

Cholet : Un adolescent séquestré et violenté à cause d'une rumeur sur Facebook

Six individus ont été mis en examen pour avoir tabassé un jeune homme qu’ils soupçonnaient d’avoir harcelé une jeune femme sur la messagerie Messenger Facebook

Six jeunes Choletais ont été interpellés mercredi après l’agression d’un jeune homme de 17 ans. Le groupe d’agresseurs était convaincu que l’adolescent avait harcelé une jeune femme sur Facebook, sur la base d’une rumeur. Les individus, âgés de 18 à 22 ans, ont été mis en examen pour séquestration, violences aggravées, actes de torture et de barbarie et tentative de meurtre, rapporte Ouest-France.

« Sans préméditation » selon l’avocate Hélène Doumbé, ils auraient croisé l’individu au hasard d’une rue de Cholet mardi, avant de l’attirer dans un squat.

Une victime « traumatisée »

C’est là que le calvaire a commencé, de minuit jusqu’à 6h du matin. Coups de pied et de poing sur l’étudiant après l’avoir déshabillé. Douches chaudes, puis froides, rasage de la tête, des sourcils et des aisselles. Son sexe a été frappé avec un bâton, et les sévices ont été filmés au téléphone portable. Des vidéos récupérées par les enquêteurs.

L’adolescent indique avoir réussi à s’enfuir. Trois des tortionnaires assurent que ce sont eux qui ont réussi à détourner l’attention des autres ravisseurs pour permettre à la victime de s’éclipser. Il a quitté le squat seulement vêtu d’un bas de jogging, avant de se rendre directement au commissariat. « La victime a été marquée par les faits », souligne la vice-procureure Sandrine Rousseau, lors d’une audience devant le juge des libertés et de la détention. Elle a été décrite par le juge d’instruction comme « affectée psychologiquement » et « traumatisée ».