Grenelle des violences conjugales : Une enquête ouverte après une « défaillance » suivie en direct par Emmanuel Macron

PRISE EN CHARGE Mardi, devant le président de la République, un gendarme a refusé une assistance à une femme en détresse qui venait de porter plainte pour menaces contre son mari

20 Minutes avec AFP

— 

3919.
3919. — Tristan Reynaud/SIPA

Mardi, avant l’ouverture officielle du Grenelle des violences conjugales, Emmanuel Macron s'est rendu au siège parisien du 3919, la plateforme téléphonique d’accueil des victimes de ces violences. Le président de la République a alors assisté à un échange au téléphone entre une victime et un gendarme, lequel a refusé son assistance à la femme en détresse qui venait de porter plainte pour menaces contre son mari.

La gendarmerie nationale a annoncé mardi dans la soirée l’ouverture d’une enquête interne après la prise en charge « défaillante » de cette femme menacée par son mari. « Même si le contexte du cas évoqué doit être précisé, la prise en compte de cette victime en difficulté apparaît totalement défaillante », a réagi la Direction générale de la gendarmerie nationale (DGGN).

« Déterminer les circonstances de ce manquement »

De l’autre côté de la ligne, le gendarme, qui ignorait qu’Emmanuel Macron assistait à la conversation avec l’écoutante du 3919, avait ainsi refusé de raccompagner la femme chez elle au motif qu’il aurait fallu, selon lui, au préalable un « ordre d’huissier ».

Une enquête administrative a été ouverte et confiée à l’Inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN) « pour déterminer les circonstances de ce manquement », selon la gendarmerie nationale.

« L’absence d’écoute et l’opposition répétée du service de gendarmerie contacté apparaissent en totale opposition avec la charte d’accueil des victimes et des règles de prise en compte des femmes en difficultés », a-t-on souligné de même source.