Dijon: Des voisins enregistrent et dénoncent des violences conjugales sur Twitter

VIOLENCES Alertés par les cris d’une femme appelant à l’aide, ses voisins ont contacté plusieurs fois la police avant de diffuser sur le réseau social une vidéo pour interpeller les autorités

S.A

— 

Un enquêteur de la police judiciaire (illustration)
Un enquêteur de la police judiciaire (illustration) — WITT/SIPA

« S’il vous plaît, à l’aide ! » Dimanche soir, dans un appartement de Dijon (Côte-d’Or), les hurlements d’une femme alarment ses voisins. Sur les images d’une vidéo illustrant la situation, on ne voit qu’un palier et les escaliers d’un immeuble, mais on entend un appel au secours et la voix d’un homme. Cette scène de violences conjugales a été diffusée sur Twitter​ et visionnée plus de 146.000 fois.

La voisine du couple, qui a filmé et publié la vidéo, raconte que le conjoint de la femme – qui crie – « la frappe depuis des mois et s’arme d’un couteau contre ceux qui interviennent ». Selon cette internaute, ni la police, ni le bailleur de l’immeuble ne réagissent à la situation.

Elle conclut son témoignage en interpellant la police, le maire de Dijon François Rebsamen, la secrétaire d’Etat à l’Egalité femmes-hommes Marlène Schiappa, le collectif Nous Toutes et le réseau Solidarité Femmes.

La situation du couple « connue »

La séquence, qui a suscité émotion et indignation sur Twitter, a été reprise dès le lendemain de sa diffusion par la secrétaire d’Etat à l’Egalité femmes-hommes Marlène Schiappa : « Merci aux voisins qui ont tourné cette vidéo pour leur engagement et leur vigilance. Dès hier [dimanche] soir, mon équipe en a pris connaissance grâce à votre tweet, a contacté les autorités à Dijon, qui sont mobilisées. »

En effet, la préfecture de Côte-d’Or a expliqué être au courant des violences conjugales au sein de ce couple et que la police était déjà intervenue « plusieurs fois pour des confits n’ayant donné lieu à aucun dépôt de plainte, comme ce fut le cas hier [dimanche] ».

Elle ajoute que « le conjoint avait déjà quitté les lieux lors des signalements hier à 17 heures. Aucun autre détail ne sera donné sur cette affaire ». Concernant les signalements des voisins effectués dimanche, le parquet de Dijon a confirmé au Parisien que deux appels avaient été enregistrés par la police. Les témoins seront entendus par les autorités compétentes.

« La police a localisé et identifié la famille. Mais cette personne a nié avoir été agressée et a refusé de porter plainte », indique Eric Mathais, procureur de la République de Dijon. Mais « sans infraction, ni constatation médicale », l’affaire devrait pour le moment en rester là.