Naufrage dans la Manche: Piégés dans la cabine, les trois enfants sont morts noyés

ACCIDENT Au lendemain du naufrage, l’examen médical des corps des trois victimes, âgées de 7, 9 et 13 ans impute leur décès à « un syndrome asphyxique »

S.A avec AFP

— 

(Illustration) Malgré l'intervention des secours, les enfants, âgés de 7, 9 et 13 ans, sont décédés lors d’un chavirage au large d’Agon-Coutainville.
(Illustration) Malgré l'intervention des secours, les enfants, âgés de 7, 9 et 13 ans, sont décédés lors d’un chavirage au large d’Agon-Coutainville. — RAPHAEL BLOCH/SIPA

Les trois enfants de 7, 9 et 13 ans décédés lundi dans le chavirage d’une vedette au large d’Agon-Coutainville ( Manche) ont été piégés dans la cabine du bateau où ils sont morts noyés, a-t-on appris mardi auprès du parquet de Coutances. « Il résulte tant des auditions des occupants du bateau que de celles des témoins directs de la scène, qu’à l’occasion d’une manœuvre de retour de la vedette vers la plage, le moteur s’est enrayé et qu’une vague a fait chavirer la vedette, propulsant les adultes dans l’eau et piégeant les enfants à l’intérieur de la cabine », écrit le parquet dans un communiqué.

« Ils avaient tous leur gilet de sauvetage. Or, ils n’ont pas eu le temps de sortir », a confié la mère des deux soeurs décédées, âgées de 9 et 13 ans au journal Ouest-France.

«Aucune autopsie réalisée»

Un examen du corps des trois enfants a été réalisé mardi après-midi. « Il ressort des conclusions du médecin légiste que la cause du décès est imputable à un syndrome asphyxique, compatible avec les constatations réalisées sur place », a précisé le parquet ajoutant qu’au regard de ces conclusions, « aucune autopsie ne sera réalisée, la cause du décès ayant été déterminée ». L’embarcation sera expertisée prochainement afin de vérifier son état et sa conformité aux règles de navigation, a-t-il encore ajouté.

Les trois victimes, deux filles nées en 2006 et 2010 et un garçon né en 2012, étaient originaires de l’Orne et de Mayenne. La famille résidait l’été depuis trois ans à Gouville-sur-Mer, a précisé la maire Béatrice Gosselin, selon qui il y avait lundi « un peu de vent, un peu de grain », ajoutant que « sous les averses la mer est formée ».