Pourquoi la police a-t-elle arraché son drapeau à un manifestant à Nantes?

FAKE OFF Une vidéo virale sur les réseaux sociaux montre un policier tenter d'arracher de force le drapeau d'un manifestant, a priori sans raison apparente

Alexis Orsini

— 

Des forces de l'ordre à Nantes, le 3 août 2019.
Des forces de l'ordre à Nantes, le 3 août 2019. — PATRICK GELY/SIPA
  • Depuis sa mise en ligne sur Facebook, une vidéo filmée à Nantes pendant la mobilisation du samedi 3 août contre les violences policières a été visionnée plus de 29.000 fois.
  • On y voit un policier tenter d'arracher par la force le drapeau d'un manifestant qui ne manifestait aucun signe d'hostilité à ce moment-là, 
  • 20 Minutes fait le point sur la chronologie des évènements avec différents témoins de la scène et les explications des forces de l'ordre.

Quelques jours après la manifestation tendue contre les violences policières à Nantes, samedi 3 août, peu après la découverte du corps de Steve Maia Caniço, une séquence bien précise de la mobilisation continue de susciter de vives réactions.

On y voit un policier essayer d’arracher de force le drapeau tenu au bout d’un manche par un manifestant. L’homme résiste tant bien que mal, avant de chuter au sol sous la pression des policiers venus prêter main-forte à leur collègue. Il parvient tout de même à exfiltrer le drapeau dans les mains d’un autre manifestant, avant de se relever et de faire face aux forces de l’ordre, qui finissent par envoyer des gaz lacrymogènes dans la foule pour la disperser.

Si « Civicio », la page Facebook ayant publié cette séquence (visionnée plus de 29.000 fois depuis sa mise en ligne lundi 5 août), ironise sur ce « tutoriel de la BAC pour transformer un manifestant pacifique en symbole de contestation », plusieurs internautes s’insurgent à la vue cette attaque a priori injustifiée contre ce manifestant. Certains y voient même une attaque directe contre le drapeau tricolore français – alors qu’il s’agit en réalité d’un drapeau aux couleurs de la ville de Saint-Malo.

FAKE OFF

La scène, filmée par plusieurs journalistes ou vidéastes présents sur place, s’est déroulée en fin de journée, à mi-chemin entre les arrêts de tram Commerce et Bouffay, sur l’une des artères les plus empruntées de la ville.

« La dispersion de la manifestation avait déjà commencé, mais la zone en question était calme à ce moment-là », nous indique le journaliste indépendant Clément Lanot, dont les images montrent l’incident sous un autre angle (à partir de 25’16 ci-dessous).

« Je n’ai pas vu le manifestant au drapeau insulter les forces de l’ordre ou leur lancer des projectiles, j’ai pu rater quelque chose car j’étais légèrement de côté mais il n’y avait pas de tension à cet instant. J’ai été assez surpris de voir le policier tenter d’arracher le drapeau, c’était très soudain », poursuit-il.

Contacté par 20 Minutes, le gérant de la page « Civicio » – qui a filmé la première partie de son montage et récupéré les images filmées sous un autre angle sur une autre vidéo – livre le même témoignage : « Dans les minutes précédant l’intervention du policier, j’ai filmé les lieux en plan fixe et on voit bien qu’il ne s’y passe strictement rien, le cordon de policiers est stable, personne ne le leur lance des projectiles. »

A compter de 2’46’46 sur l’archive vidéo du direct de plus de 3 heures réalisé par « Civicio », on constate en effet que le manifestant au drapeau se tient au milieu des forces de l’ordre, sans esquisser le moindre mouvement, juste avant qu’un policier ne tente de lui arracher son drapeau.

« Ce n’est pas le drapeau qui était visé mais son manche »

Contacté par 20 Minutes, le Service d’information et de communication de la police nationale (Sicop) précise le but de cette intervention : « Ce n’est pas le drapeau qui intéressait les forces de l’ordre mais son manche, car, plus tôt dans la mobilisation, le manifestant le brandissait de haut en bas avec des gestes menaçants. A partir du moment où la personne qui le détient en fait un tel usage, le manche du drapeau est susceptible de constituer une arme par destination, au même titre qu’une chaise, par exemple, qui n’a rien de dangereux si l’on s’assoit dessus mais qui le devient si on en fait usage contre les forces de l’ordre. »

Le manifestant était en effet déjà présent au sein du cortège avant cette séquence, comme le confirment Clément Lanot et le gérant de la page Civicio, qui l’ont aperçu plus tôt dans la journée – sans pour autant l’avoir vu se montrer particulièrement hostile vis-à-vis des policiers. On le retrouve notamment sur cette capture d’écran de la mobilisation publiée dans l’après-midi par un internaute.

Un manifestant interpellé après coup

Au moment de la séquence devenue virale, « les policiers ont profité de l’isolement du manifestant pour tenter d’appréhender le manche, mais la manœuvre s’est soldée par un échec au vu du rassemblement de soutien autour du manifestant, ce qui a entraîné l’usage de gaz lacrymogène pour dégager la foule », explique le Sicop. Avant de préciser : « Cette personne a finalement été interpellée plus tard pour des jets de projectile en fin de manifestation et placée en garde à vue ».

Quant au drapeau, comme on peut le voir sur l’archive du direct de Ruptly – la branche vidéo du média russe RT, réputé proche du Kremlin – il a été récupéré par un autre manifestant avant d’être donné à un homme en roller, vêtu d’un t-shirt jaune, qui s’est empressé de le mettre hors de portée des forces de l’ordre (à 3’53’58 ci-dessous).