Plus d’un mois après sa disparition, le corps de Steve Maia Caniço a été retrouvé dans la Loire lundi à Nantes.
Plus d’un mois après sa disparition, le corps de Steve Maia Caniço a été retrouvé dans la Loire lundi à Nantes. — SEBASTIEN SALOM GOMIS/SIPA

DISPARITION

Affaire Steve Maia Caniço: La classe politique rend hommage au jeune homme décédé à Nantes

Plus d’un mois après sa disparition, le corps de Steve Maia Caniço a été retrouvé dans la Loire lundi, et les circonstances de son décès restent méconnues

Tristesse, vérité, justice… Unanime, la classe politique a rendu hommage à Steve Maia Caniço. Le jeune de 24 ans, résidant à Nantes et à Treillières, n'avait plus donné signe de vie depuis le soir de la Fête de la musique (le 21 juin). Après six semaines de recherches, son corps a été retrouvé lundi dans la Loire à Nantes au niveau du quai Ferrand non loin du quai Wilson, lieu de la disparition de l’animateur périscolaire, et identifié.

La maire de Nantes Johanna Rolland a présenté ses condoléances à la famille du jeune homme par voie de communiqué et réclame que « toute la lumière soit faite » sur sa disparition.

« Toutes nos pensées à la famille et aux proches de Steve qui vivent des heures terribles. Il faut que la vérité et la justice s’imposent », s’est ému sur Twitter l’eurodéputé EELV Yannick Jadot. « Je pense avec une infinie tristesse aux moments terribles et à la douleur insondable que vivent les parents de Steve. Je pense à eux. Je pense à lui. Je pense à ses proches. C’est l’heure du deuil, du recueillement. De la colère et de la sidération, aussi », a de son côté réagi le secrétaire général du parti, David Cormand.

« Homicide involontaire »

Une information judiciaire « contre X » pour « homicide involontaire » a été ouverte ce mardi matin à Nantes pour faire la lumière sur les circonstances de la disparition du jeune homme, a annoncé le procureur de la République de Nantes, Pierre Sennès. « L’autopsie du corps découvert hier (lundi ndlr) après-midi dans la Loire, ainsi que l’ensemble des investigations aux fins d’identification, seront réalisées dans le cadre de cette information judiciaire », a écrit le procureur, dans un communiqué transmis à l’AFP.

« Ce cadre procédural permettra aux deux magistrats instructeurs qui seront saisis de poursuivre les investigations en les autorisant notamment à rechercher d’éventuelles responsabilités pénales », a ensuite expliqué le procureur.

L’eurodéputée LFI Manon Aubry a présenté ses condoléances à la famille et demandé que « les circonstances de sa mort soient éclaircies et que les responsabilités soient établies ».

« Que s’est-il passé le soir de la Fête de la musique, le 21 juin, sur le Quai Wilson car ce silence des autorités est insupportable ! Toute la lumière doit être faite. Steve avait 24 ans. #JusticePourSteve », interroge le sénateur PS Rachid Temal. « Toutes mes pensées pour sa famille, ses amis et ses proches ».

« Mourir à 24 ans, en France, un soir de Fête de la musique après une intervention policière. Pensées pour la famille de Steve et pour ses proches. Toute la lumière devra être faite sur ce qui s’est passé et qui restera, pour toujours, une honte », a réagi Ian Brossat, adjoint PCF à la maire de Paris, sur Twitter.

Zones d’ombre

La disparition de Steve Maia Caniço, présent sur une scène techno installée sur le bord du fleuve, a coïncidé avec une intervention controversée des forces de l’ordre dans la nuit du 21 au 22 juin. Des échauffourées avaient éclaté vers 4h30 entre participants à un concert et policiers venus exiger l’arrêt de la musique sur le quai Wilson, un endroit sans parapet de l’île de Nantes, sur la Loire.

De nombreux participants avaient raconté avoir été aveuglés par un nuage de gaz lacrymogène, certains avaient chuté de plusieurs mètres dans le fleuve. Quatorze personnes ont ainsi été repêchées par les secours durant la nuit de 21 au 22 juin. Steve Maia Caniço, lui, ne savait pas nager, selon ses proches.

Des zones d’ombre demeurent sur cette intervention et la police affirme qu’il n’y a eu « aucune charge » des forces de l’ordre, visées selon elle par des projectiles. Plusieurs procédures sont en cours, dont une enquête administrative conduite par l’IGPN (Inspection générale de la police nationale) et dont les conclusions devraient être rendues cette semaine au ministre de l’Intérieur Christophe Castaner. Mardi, ce dernier a passé deux heures à Matignon à la mi-journée avec le Premier ministre Edouard Philippe. Une déclaration est prévue cet après-midi.

Le député LFI Eric Coquerel a réitéré mardi la demande de commission d’enquête parlementaire de son parti. « Il va falloir maintenant que la justice soit faite », car « on voit bien que les circonstances de la mort de Steve ont tout à voir, très certainement, (…) avec la charge policière ce soir-là », comme « les vidéos l’ont montré ». « L’IGPN ne réglera pas la question, on estime depuis longtemps que ce n’est pas à la police d’enquêter sur la police, a-t-il expliqué sur BFMTV.

« Le corps retrouvé de Steve révèle les craintes de cette trop longue attente : un jeune homme est mort noyé, à la Fête de la musique, à la suite d’une brutale intervention policière. Tant de questions restent. La justice devra y répondre, il le faut. En attendant : plus jamais ça », a déclaré sur Twitter la députée PCF Elsa Faucillon.