Aisne: Un particulier détenait assez d’armes pour mener une petite guerre

FAITS DIVERS C’est un peu par hasard que les douaniers ont découvert l’arsenal de l’homme qui se qualifie de collectionneur

Mikaël Libert
— 
Les armes saisies par la douane chez un particulier dans les Ardennes.
Les armes saisies par la douane chez un particulier dans les Ardennes. — Douane Française

Fin juin, les douaniers de Laon, dans l’Aisne, ont découvert des armes dans le véhicule d’un particulier circulant sur la route nationale 2. Et poussant les investigations, les fonctionnaires ont pu mettre la main sur un véritable arsenal de guerre chez cet homme originaire des Ardennes.

Les armes saisies par la douane chez un particulier dans les Ardennes.
Les armes saisies par la douane chez un particulier dans les Ardennes. - Douane Française

Le 30 juin dernier, les douaniers de Laon, en opération de contrôle sur la RN 2, ont remarqué un véhicule « dont le bas de caisse était anormalement bas ». Soupçonnant un chargement excessif, les fonctionnaires ont intercepté le véhicule pour le contrôler. Surprise, la pesante marchandise était en fait constituée de boîtes « contenant de nombreuses grenades ainsi que des armes de poing sans aucun justificatif », a-t-on appris auprès de la Douane.

Grenades, obus, pistolets, munitions…

Les fonctionnaires ont décidé de ne pas en rester là. Le domicile du conducteur, près de Charleville-Mézières, dans les Ardennes, a fait l’objet d’une perquisition ainsi qu’une autre maison et un garage situés dans la même commune. Douaniers et gendarmes ont vite compris qu’ils n’avaient pas fait le déplacement pour rien.

L’homme, qui se qualifie de collectionneur, possède un véritable arsenal : « près de 300 grenades, plus de 150 kg de fusées pour obus, 56 kg de munitions de tous calibres, près d’une vingtaine d’armes ou parties d’armes […], 18 mortiers, 13 obus de divers calibres, ainsi que des détonateurs et des douilles d’obus ont été saisis », énumère la Douane.

Une arme en dotation dans la police et la douane

Une collection d’autant plus dangereuse que certaines armes n’avaient pas été neutralisées, notamment une « grande partie des grenades » qui présentaient des risques d’explosion. Certains pistolets saisis n’avaient, par ailleurs, rien à voir avec des objets de collection. Notamment un Beretta 9mm et un Sig Sauer Pro, cette dernière arme étant du même modèle que celles en dotation dans la police ou la douane.

Les démineurs de la Sécurité civile ont récupéré l’ensemble des armes pour procéder à leur destruction. Le collectionneur fera l’objet de poursuites judiciaires a affirmé la Douane à 20 Minutes, sans toutefois préciser les charges retenues contre lui.