Disparition de Marie-Laure Weber en Alsace: «Qu'elle revienne, qu'elle donne un signe», espère sa mère

FAITS DIVERS Marie-Laure Weber a disparu depuis jeudi de son domicile de Duppigheim, dans le Bas-Rhin. Ses proches s’inquiètent et attendent des signes. Un appel à témoins a été lancé

Thibaut Gagnepain

— 

Une des photos de profil Facebook de Marie-Laure Weber.
Une des photos de profil Facebook de Marie-Laure Weber. — Facebook
  • Où est-elle ? Où est passée Marie-Laure Weber qui n’a pas donné de nouvelles depuis le jeudi 11 juillet ? La jeune femme de 31 ans a quitté ce jour-là son domicile de Duppigheim, dans le Bas-Rhin, vers 15 heures, à bord de sa voiture.
  • Un appel à témoins a été lancé par la gendarmerie de Geispolsheim. Toute personne qui disposerait d’un renseignement ou aurait croisé Marie-Laure Weber est prié de joindre le 03 88 68 61 62.
  • Sa mère et son compagnon n’écartent aucune hypothèse et espèrent vite des nouvelles.

Où est-elle ? Où est passée Marie-Laure Weber depuis le jeudi 11 juillet ? La jeune femme de 31 ans a quitté ce jour-là son domicile de Duppigheim, dans le Bas-Rhin, vers 15 heures. A bord de son Opel Cascada grise, immatriculée FE-305-SG. Son téléphone a été géolocalisé dans la région de Saverne à 16h45. Et puis plus rien. Malgré l’appel à témoins lancé lundi par la gendarmerie de Geispolsheim et des recherches.

« Je suis allé partout où je pensais qu’elle pourrait être », témoigne son compagnon, Robin Diehl, évidemment un peu déboussolé par les événements. C’est lui le dernier à avoir vu Marie-Laure Weber, quelques heures avant sa disparition. « Elle est partie de chez elle une vingtaine de minutes après moi. Comment était-elle ? Rien ne choquant ne m’a marqué même si je la trouvais très fatiguée ces derniers temps. »

« Elle n’était pas dépressive »

« Elle était stressée, elle travaillait beaucoup », confirme sa mère, Marie-Claude, en évoquant une fille « très active ». Diététicienne à son compte, la trentenaire donnait aussi des cours, intervenait dans des maisons de retraite ou encore jouait au football, à Ottrott puis Duppigheim. « Sur le dernier mois, elle faisait des semaines de 70 heures », se souvient Robin Diehl.

S’était-elle plainte de ces journées chargées ? « C’est quelqu’un qui garde beaucoup de choses pour elle, qui a du mal à se confier », avoue celui qui est son compagnon depuis deux ans. « Mais elle n’était pas dépressive, ça c’est sûr. On avait des projets ensemble. On parlait d’emménagement avant la fin de l’année et elle y tenait beaucoup. » Comme à sa voiture, un cabriolet, qui n’a pas non plus été retrouvé.

« La personne la plus formidable que j’ai connue »

« Dès qu’on aura localisé le véhicule, on en saura un peu plus. Pour le moment, elle peut être n’importe où », souffle sa mère, qui n’écarte aucune hypothèse. « Je ne pense plus rien ». La fugue ? La jeune femme n’y avait jamais eu recours, mais pourquoi pas. « Qu’elle revienne, qu’elle donne un signe », réclame-t-elle.

« Si Marie-Laure s’est isolée pour revenir plus tard, il n’y a pas de souci. On en parlera à son retour », prolonge Robin Diehl. « Mais qu’elle revienne. Si je peux lui envoyer un message, c’est que c’est la personne la plus formidable que j’ai connue et qu’elle me manque énormément. »

Toute personne qui disposerait d’un renseignement ou aurait croisé Marie-Laure Weber est prié de joindre la gendarmerie de Geispolsheim au 03 88 68 61 62.