Seine-Maritime: Il voulait incendier un parc pour demander l'extradition de l'ancien président tunisien Ben Ali

FAITS DIVERS Interpellé puis placé en garde à vue, l'homme a finalement été transféré dans un centre hospitalier spécialisé du Rouvray

20 Minutes avec agence

— 

Un policier. (Illustration)
Un policier. (Illustration) — Caroline Girardon

Il était aux alentours de 9h30, ce dimanche 14 juillet, lorsqu’un habitant du Petit-Quevilly (Seine-Maritime) a décidé d’alerter les forces de l’ordre après avoir observé le comportement suspect d’un homme. Ce dernier faisait des allers-retours dans un parc et il avait même caché une bouteille et un bidon remplis d’essence dans des fougères, rapporte France 3 Normandie.

Les policiers ont alors procédé au contrôle du suspect. Ils ont retrouvé un couteau de 12 centimètres dans sa poche arrière. Ils ont aussi découvert le bidon et la bouteille ainsi qu’un système d’allumage en papier.

Il voulait réclamer le retour de Ben Ali en Tunisie

Les policiers ont placé l’homme en garde à vue. Avant d’être transféré au centre hospitalier spécialisé du Rouvray à la demande d’un médecin, l’individu a quand même eu le temps d’expliquer ses motivations. Il aurait indiqué vouloir mettre le feu au parc pour interpeller les médias et réclamer le retour dans son pays de Zine El Abidine Ben Ali, l’ancien président de la Tunisie, afin qu’il exécute sa peine de prison.

Pour rappel, Ben Ali est actuellement en exil en Arabie saoudite afin d’éviter la condamnation de prison à vie qu’il devrait effectuer dans son pays.