Des supporters fêtent la qualification de l'Algérie à Marseille
Des supporters fêtent la qualification de l'Algérie à Marseille — BORIS HORVAT / AFP

INTERVIEW

VIDEO. Qualification de l’Algérie: «Que des ânes agressent les marins-pompiers de Marseille, c’est inadmissible», s’agace l’amiral Garié

Quatre véhicules des marins-pompiers ont été victimes de dégradations et de vols à Marseille, alors que des supporters fêtaient la qualification de l’Algérie pour la finale de la Coupe d'Afrique des Nations

  • A Marseille, quatre véhicules des marins-pompiers ont été victimes de dégradations et vols ce dimanche en marge de la célébration de la qualification de l’Algérie en finale de la CAN.
  • Des incidents rares et inacceptables pour le chef des marins-pompiers de Marseille.

L’amiral Charles-Henri Garié l’affirme : il n’avait encore jamais vécu une telle situation. Ce dimanche, outre les huit policiers et gendarmes légèrement blessés, les marins-pompiers de Marseille ont été victimes d’agressions, alors que battait son plein dans le centre-ville la fête des supporters à la suite de la qualification de l’Algérie​. De quoi provoquer la colère du chef des marins-pompiers de Marseille depuis cinq ans. L’amiral Charles-Henri Garié revient pour 20 Minutes sur les incidents de la nuit.

Que s’est-il passé exactement ce dimanche pour vos équipes ?

Ce dimanche, quatre de nos véhicules en intervention – deux ambulances, un camion échelle et un fourgon – se sont retrouvés dans la foule, autour du Vieux-Port et dans le 3e arrondissement. Et dans la joie idiote, plusieurs personnes ont attrapé les véhicules, qui n’étaient pas dans les mêmes secteurs, et les ont secoués. Une ambulance et un camion échelle ont eu les vitres brisées. Une radio a été volée, certains ont piqué la lance pour s’amuser avec l’eau. Et il y avait des victimes à l’intérieur. Imaginez dans quel état de traumatisme elles étaient. Je trouve ça absolument scandaleux.

Est-ce une première ?

Les marins-pompiers de Marseille ne subissent peu ou pas de caillassages. Quand c’est le cas, elles sont commises par les victimes elles-mêmes, compte tenu de leur état psychologique ou si elles sont sous drogue par exemple. Même pendant l’Euro 2016, où des violences avaient éclaté à Marseille, personne n’avait attaqué les marins-pompiers. D’où notre surprise hier d’avoir été pris à partie dans cette espèce d’hystérie collective. C’est la première fois. La liesse collective ne justifie pas l’agression d’un marin-pompier, qui est là pour Marseille et au service des Marseillais. Qu’une bande d’ânes, sous prétexte d’un match de foot, s’en prenne aux marins-pompiers et leur matériel, les secoue, c’est inadmissible.

Comptez-vous porter plainte ?

Bien évidemment, nous allons porter plainte, comme nous le faisons chaque fois que nous sommes victimes de dégradations ou d’agressions. Et j’espère que les caméras de vidéosurveillance permettront de retrouver rapidement les auteurs. Nous n’avons pas encore chiffré le coût de ces événements, mais en cassant les vitres d’un véhicule, cela a quand même pour conséquence immédiate de le rendre indisponible. Et nous avons pour consigne d’être en moyenne en dix minutes sur les lieux d’un sinistre. Quand vous rendez un véhicule indisponible, il faut faire appel à un deuxième, qui va moins vite, part plus loin. Donc on peut être sur place en quinze minutes. Et en quinze minutes, dans le cadre d’un AVC, on a d’autres séquelles qu’en dix minutes.

Craignez-vous la finale prévue ce vendredi ?

Oui, je la crains. Comme tout mouvement sportif, nous allons mobiliser nos effectifs, pour faire face à cet événement, d’autant qu’il existe le risque attentat. Mais c’est un appel à la raison que je veux lancer ici, et un appel au civisme, même si on se doute bien qu’il s’agit d’une petite partie de la population qui commet ce genre d’actes. Nous sommes là pour les Marseillais, et en agissant de la sorte, on pénalise les Marseillais, donc ces personnes se pénalisent elles-mêmes.