Carcassonne: La tour médiévale de l'Inquisition s'embrase à cause du feu d'artifice

DEGAT COLATERAL Le fameux feu d’artifice de Carcassonne a endommagé une tour médiévale de la cité dont la charpente a pris feu

H.M. avec AFP

— 

Le feu d'artifice tiré au-dessus de la cité de Carcassonne le 14 juillet 2019.
Le feu d'artifice tiré au-dessus de la cité de Carcassonne le 14 juillet 2019. — Eric Cabanis - AFP

Le supplice des flammes pour la tour de l’Inquisition de Carcassonne. Un incendie s’est déclaré dimanche soir sur la charpente de la tour médiévale en plein spectacle pyrotechnique. Le sinistre a été toutefois rapidement maîtrisé par les pompiers.

Selon Philippe Bélaval, le président du Centre des monuments nationaux, la charpente de la tour n’a pas « pas été brûlée dans sa totalité ». Mais, l’impact exact du feu et de l’eau sur « sa stabilité et son étanchéité » reste à déterminer, ajoute le spécialiste qui était justement présent sur le site dimanche pour l’un des feux d’artifice les plus courus de France dans ce décor classé au patrimoine de l’Humanité. Vers 16h ce lundi, et après une première expertise, Philippe Bélaval se voulait rassurant et évoquait sur Twitter « le caractère superficiel des dommages ».

Impact de fusée ou retombée incandescente

En attendant que les spécialistes évaluent exactement les dégâts, le tronçon des remparts au niveau de la tour de l’Inquisition a été fermé au public. Le toit du bâtiment va être bâché.

Pour l’instant le Centre des monuments nationaux avance deux hypothèses : soit une fusée s’est glissée dans les ardoises du toit, soit la tour a été touchée par une retombée de matière incandescente.

L’histoire se répète à Carcassonne puisque en 2011, les mêmes causes avaient produit les mêmes effets, sur la tour carrée de l’Evêque cette première fois.

« Il appartient à la ville et au préfet de voir si les conditions de sécurité sont satisfaisantes et s’il y a lieu de revoir les modalités », estime Philippe Bélaval.