Gare à cette photo d'une petite fille menacée par un policier, sortie de son contexte

FAKE OFF Un post Facebook viral partagé dans un groupe de «gilets jaunes» dénonce la violence d'un policier qui semble menacer une petite fille pendant une manifestation

Alexis Orsini

— 

La séquence sortie de son contexte.
La séquence sortie de son contexte. — capture d'écran/Facebook
  • Dans un groupe Facebook de «gilets jaunes», de nombreux internautes s'indignent à la  vue d'une photo singulière.
  • On y voit une petite fille, dans les bras de son père, à quelques centimètres d'une matraque brandie par un policier.
  • L'auteur du post dénonce une dérive des violences policières, laissant supposer que la scène a eu lieu pendant une manifestation de «gilets jaunes» alors qu'elle remonte en réalité à 2017. 

« TRISTE FRANCE….. Quand la milice n’a plus de limite dans la violence… » La photo qui accompagne ce post Facebook partagé dans un groupe de « gilets jaunes » parle d’elle-même.

On y voit un policier pointer sa matraque vers une petite fille en pleurs, alors qu’elle se trouve dans les bras de son père, agenouillé au sol. Signe, d’après la légende, d’un nouvel épisode de violence policière, vraisemblablement survenu après les nombreux cas ayant émaillé le mouvement social lancé en novembre 2018.

Le message est toutefois trompeur puisque la scène date en réalité de plusieurs années lors d’une mobilisation bien différente.

FAKE OFF

Cette confrontation remonte en effet au 19 juin 2017, à Nantes, où le mouvement Front social avait appelé à se mobiliser contre les ordonnances d’Emmanuel Macron, tout juste élu président de la République. Une journée marquée par de vives tensions entre les forces de l’ordre et les manifestants.

On aperçoit le père et sa fille furtivement au moment de leur chute, pendant une charge des forces de l’ordre, sur la vidéo ci-dessous, à partir de 1:14.

Si cette séquence ne permet pas de voir si la petite fille a été frappée par la matraque, le témoignage du père, relayé dès le 26 juin 2017 par la page Facebook « Nantes Révoltée », ne faisait aucune mention de coups à l’encontre de sa fille de deux ans.

« Les forces de l’ordre sont en train de charger. Je prends alors ma fille dans les bras et essaye de sortir par le petit côté, vers la place du Bouffay : on n’est pas venu ici pour se faire taper dessus. Mais c’est bloqué aussi de ce côté. Ça pousse même fort, ça donne des coups de matraque », expliquait-il notamment.

Et le père d’ajouter : « Recevant un coup de bouclier, je tombe à la renverse, ma fille dans les bras, au milieu des policiers, un d’eux ne trouvant rien de mieux que de nous menacer avec sa matraque alors que nous sommes à terre, elle en pleurs et s’agrippant autant qu’elle peut à mon cou. Je me relève au plus vite, pour ne pas se faire écraser par la ligne ou par le mouvement qu’elle provoque, et puis pour la rassurer. Elle me voit crier fort sur les policiers. Elle regarde partout, me serre encore. »