Yvelines: Un homme se rend à la gendarmerie pour reconnaître le meurtre de sa petite amie

FEMINICIDE Une jeune femme d’une trentaine d’années a été tuée par strangulation dans les Yvelines. Son petit ami est allé à la gendarmerie reconnaître le meurtre

F.H. avec AFP

— 

Un véhicule de la gendarmerie. (Illustration)
Un véhicule de la gendarmerie. (Illustration) — Clément Follain / 20 Minutes

Un homme s’est présenté aux gendarmes en affirmant avoir « tué sa petite amie », samedi en fin d’après-midi dans les Yvelines. Né en 1991, il a aussitôt été placé en garde à vue pour « homicide par conjoint ».

Les faits se sont déroulés au domicile de la jeune femme, née en 1988, dont elle était la seule locataire, a précisé une même source de l’enquête. Ni les circonstances, ni le mobile, ni la ville où ont été commis les faits n’ont toutefois été précisés.

Dépêché au domicile de la victime dans la vallée de Chevreuse, le médecin légiste a confirmé un décès par strangulation. Mais une autopsie devra confirmer les causes de la mort, selon la même source. La section de recherches de Versailles a été saisie de l’enquête.

Un « Grenelle des violences conjugales » lancé en septembre

Au moins 74 femmes sont mortes sous les coups de leur compagnon ou ex-conjoint depuis le 1er janvier, selon un décompte communiqué samedi par un collectif de familles et proches de victimes à l’initiative d’une manifestation à Paris pour réclamer des mesures immédiates contre les féminicides.

La secrétaire d’Etat à l’Egalité femmes-hommes Marlène Schiappa a annoncé, dans un entretien au Journal du dimanche, que le gouvernement lancerait en septembre à Matignon un « Grenelle des violences conjugales » afin d’enrayer le phénomène.