Vosges: Trois pompiers en civil sauvent la vie d'un automobiliste sur la route

FAITS DIVERS Un incroyable sauvetage pratiqué par ces soldats du feu en civil 

Nils Wilcke

— 

Un pompier, à Lilles, en 2016. (Illustration)
Un pompier, à Lilles, en 2016. (Illustration) — DENIS CHARLET / AFP
  • Trois pompiers en civil ont secouru un automobiliste victime d'un arrêt cardiaque il y a deux semaines sur la RN 87, dans les Vosges.
  • L’un, qui habite Besançon, pratique un massage cardiaque tandis que le second, Mickaël Vial, tient la tête de l’automobiliste. Le dernier, Paul Pérona, les assiste. 
  • Le jeune pompier volontaire veut se servir de cette histoire pour inciter les gens à se former aux gestes de premiers secours. 

Ils ne veulent surtout pas se faire accoler l’étiquette de « héros ». Pourtant, ces trois pompiers n’ont pas hésité à venir au secours d’un automobiliste victime d’un arrêt cardiaque alors qu’ils n’étaient pas de service.

Les faits se sont déroulés il y a deux semaines sur la RN 87, vers la zone industrielle d’Eloyes, dans les Vosges. L’un des pompiers, Paul Pérona, remarque une femme en gilet jaune sur le bord de la route et une voiture dans le fossé. « J’ai pensé qu’elle avait peut-être un accident », raconte à 20 Minutes ce pompier volontaire, âgé de 18 ans. En réalité, la victime est l'autre automobiliste de la voiture renversée qui a fait un arrêt cardiaque.

Sensibiliser aux premiers secours

La victime est déjà entre les mains de deux de ses collègues qui s'étaient également arrêtés auparavant. L’un, qui habite Besançon, est occupé à pratiquer un massage cardiaque tandis que le second, Mickaël Vial, de Dommartin-lès-Remiemont, tient la tête de l’automobiliste. Le jeune pompier volontaire les assiste jusqu’à l’arrivée des secours.

« J’ai surtout aidé à brancarder l’automobiliste avec les collègues qui sont arrivés pour le prendre en charge et l’emmener à l’hôpital », explique Paul Pérona, qui se la joue modeste. « Je n’ai pas l’impression d’avoir fait un acte formidable, pour moi, c’était normal de secourir cette personne, c’est mon métier », dit-il. C’est la première fois qu’il avait affaire à une intervention aussi critique.

Ce jeune pompier volontaire a pris l’uniforme de soldat du feu il y a deux ans en parallèle de son apprentissage en BTS Electrotechnique. S’il accepte de raconter cette incroyable histoire, c’est pour « sensibiliser la population » aux gestes de premier secours : « Il faut qu’un maximum de gens se forment pour venir en aide à ceux qui en ont besoin ».