Nice: L'adolescente morte en juin aurait bien été victime d'une méningite

ENQUETE Le parquet de Nice a ouvert une enquête notamment pour « mise en danger de la vie d’autrui »

Fabien Binacchi

— 

L'hôpital pédiatrique de Lenval à Nice, le 16 juillet 2016
L'hôpital pédiatrique de Lenval à Nice, le 16 juillet 2016 — BORIS HORVAT AFP

Les résultats des analyses sur les échantillons envoyés à l’institut Pasteur viennent tout juste d’être transmis au parquet de Nice. « Des traces d’une atteinte de type méningite » ont bien été détectées sur l’adolescente de 17 ans, décédée le 13 juin au lendemain d’une visite aux  urgences pédiatriques de Lenval, a indiqué le procureur de la République ce lundi.

Une enquête a été ouverte, notamment pour « mise en danger de la vie d’autrui ». « Il s’agit d’une maladie dont on connaît la dangerosité, et qui nécessite de la part du personnel médical un comportement très précis, de prise en charge et de signalement », a indiqué Jean-Michel Prêtre. Le type de méningite en question, bactérienne ou virale, n’a pas été précisé.

Un dossier « extrêmement technique »

Est-ce que toutes les règles ont été respectées lors du passage de la jeune femme dans ce service des urgences. C’est ce que les investigations qui vont être menées vont devoir déterminer. Rapidement, le dossier médical de la victime avait été saisi. « Des experts médicaux avaient également été désignés rapidement » pour faire la lumière sur cette affaire « extrêmement technique », a également indiqué le procureur.

Selon les témoignages de la famille, l’adolescente présentait « un mal-être très important, un mal de tête très intense avec quasiment une perte de connaissance » qu’elle avait pu imputer à une insolation, décrit Jean-Michel Prêtre. Examinée au sein du service des urgences de la Fondation Lenval, à Nice, le 12 juin, avant d’être renvoyé dans sa famille et de finalement succomber le lendemain.